Jeunesses malheureuses, jeunesses dangeureuses : la prise en charge de l'enfance inadaptée par le secteur associatif en Seine-Maritime, 1945-milieu des années 1980

par Sophie Victorien

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Yannick Marec.

Soutenue en 2009

à Rouen .


  • Résumé

    La Libération est marquée par une réelle inquiétude des pouvoirs publics face à la délinquance juvénile et, plus largement, face à la jeunesse en difficulté ; elle révèle ainsi les fortes perturbations, voire les traumatismes subis au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cette prise de conscience se traduit par un appareil législatif affirmant la primauté des conceptions éducatives sur les principes répressifs. Faute de moyens financiers notamment, l'État s'appuie au niveau national sur le secteur privé, disposant traditionnellement d'une certaine expérience dans le domaine et de réseaux prompts à soutenir ces œuvres. Or, la Seine-Inférieure, fortement ébranlée par les séquelles de la guerre, souffre, de surcroît, d'un équipement très insuffisant pour affronter les besoins en matière de prise en charge des mineurs délinquants et en danger. Toutefois, le milieu associatif réussit à rattraper son retard avec l'aide, en particulier, de personnalités locales dont le rôle est déterminant au sein des Conseils d'Administration. Tout au long de cette période, les établissements spécialisés affinent leurs méthodes et leurs projets pédagogiques grâce aux progrès de la formation des éducateurs et en s'ouvrant aux autres spécialistes de l'enfance. Ce renouvellement devient plus aigu dès les années 1970, face à l'évolution du profil des pensionnaires et aux critiques qui se développent à l'encontre de l'hébergement classique, puis face au climat de restriction budgétaire mais aussi de décentralisation, modifiant de fait les rapports entre l'État et le secteur privé dont les caractéristiques ont désormais peu à voir avec les premières années d'expérimentations


  • Résumé

    In France, the Liberation is mainly characterized by the authorities' deep concern for juvenile delinquency and, more generally, for youngsters in difficulties ; which revealed the deep disturbances, and even the traumas, experienced by the French during the Second World War. Such an awareness resulted in a number of legislative decisions which favoured the primacy of educative solutions over repressive principles. As the country's finances were rather low at the time, the State had to resort to the support of the private sector, which had a long experience in the field and which rested on a web of networks that were quite ready to undertake such a programme. Now, the Seine-Inférieure, which suffered seriously from the war's repercussions, was also severely handicapped by the scarcity of shelters that could meet the variety of needs when it came to entertaining delinquent youngsters, who were definitely unsafe youngsters. Still, the French network of associations managed to catch up thanks to local figures in particular, who played a fundamental role in the boards of directors they belonged to. Throughout the period, institutions improved their methods and educational projects thanks to a better teacher training and because they opened up to other specialists working with children. Such a necessity for renewal was felt more and more acutely in the 1970s when associations were confronted to the evolution of the type of youngsters they welcomed, and to criticisms as regards the way they usually dealt with housing. Soon they also had to cope with financial cuttings as well as with decentralization, which actually changed the relationships between the State and the private sector that had evolved far from its first experimental years

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Presses Universitaires de Rennes à Rennes

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses : l'éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (459, IX-222, 186, 379 f.)
  • Notes : Annexes confidentielles jusqu'en 2020
  • Annexes : Bibliogr. f. 422-445. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen Normandie. Service commun de la documentation. Section Lettres-Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Z19969/1
  • Bibliothèque : Université de Rouen Normandie. Service commun de la documentation. Section Lettres-Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Z19969/2
  • Bibliothèque : Université de Rouen Normandie. Service commun de la documentation. Section Lettres-Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Z19969/3
  • Bibliothèque : Université de Rouen Normandie. Service commun de la documentation. Section Lettres-Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Z19969/4

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2009ROUEL035
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Presses Universitaires de Rennes à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses : l'éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945
  • Dans la collection : Histoire
  • Détails : 1 vol. (317 p.)
  • ISBN : 978-2-7535-1283-2
  • Annexes : Bibliogr. p. 301-308. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.