Général Walther von Seydlitz-Kurzbach, 1888-1976 : un officier prussien face aux totalitarismes du XXe siècle

par Claude Becquet-Lavoinne

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Olivier Feiertag.

Soutenue en 2009

à Rouen .


  • Résumé

    Membre d'une célèbre famille d'officiers prussiens, le général Walther von Seydlitz-Kurzbach fut partagé entre sa loyauté envers Hitler et son devoir envers l'Allemagne, il a choisi l'Allemagne. A Stalingrad il a été le seul général à s'opposer aux ordres de Hitler, pour tenter de sauver les 250000 hommes de la VIe armée. En septembre 1943, il a pris la tête d'un groupe de soldats et d'officiers allemands prisonniers et avec l'aide des Soviétiques, il a tenté de renverser Hitler et de remplacer le régime nazi par un Etat de droit. Anticipant la partition de l'Allemagne vaincue, Staline décida de transformer le Comité National Allemagne Libre en une pépinière de futurs cadres communistes. Seydlitz refusa de devenir communiste et désavoua l'installation d'une dictature en Allemagne. Rentré en RFA en 1955, il y fut mal accueilli, bien qu'il ait prouvé son opposition au nazisme et au stalinisme. Officiellement réhabilité en 1995, sa trajectoire entre deux totalitarismes provoque encore des débats


  • Résumé

    Member of one of Prussia's oldest and proudest military families, general Walther von Seydlitz-Kurzbach was torn between his oath of loyalty and his concern for the welfare of Germany, he chose the latter. At Stalingrad he was the only general who called for the disobedience of Hitler's orders, to save the 250000 men of the sixth Army. In September 1943, he decided to head a group of captured German soldiers and officers under Soviet sponsorship, in an attempt to achieve the war, to depose Hitler and to replace the Nazi regime with a lawful government. On 16/4/1944 Hitler condemned the "traitorous general" to death in absentia. Stalin decided to subvert the National Committee for free Germany and turn it into a cadre training school to staff Russia's anticipated share of Germany. General v. Seydlitz did not want to become a communist and refused another dictatorship for Germany. Back to homeland in 1955, he found himself anathema, thus he had proved his opposition, both to Nazism and Stalinism. He was rehabilited in 1995 but his biography between two totalitarianism still raises polemics

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (IV-1105 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 797-821. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Z19966/1
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Z19966/2
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Z19966/3
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Z19966/4
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.