Le département de l'Eure sous la République directoriale

par André Goudeau

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Michel Biard.

Soutenue en 2009

à Rouen .


  • Résumé

    L'Eure, relativement proche de Paris et qui s'était rallié au fédéralisme normand en 1793, accepta la Constitution de l'an III mais refusa les décrets des deux-tiers. Limitrophe de l'Orne et du Calvados, le département fut gagné par la chouannerie. Une agitation s'y manifesta de façon endémique, relevant parfois du simple brigandage, mais le plus souvent organisé par les chouans qui assassinèrent notamment Goubert, premier président de l'administration centrale en messidor an V. Après le succès royaliste aux élections de l'an V, le coup d'État de Fructidor entraîna de nombreuses destitutions de commissaires et d'administrateurs cantonaux tandis qu'un courant ne��o-jacobin s'exprimait par l'intermédiaire du Bulletin de l'Eure publié à Evreux par l'imprimeur Touquet. Ce dernier jugeait l'administration centrale bien trop modérée, critique reprise par de nombreux cercles constitutionnels. Affrontant la chouannerie et en butte aux critiques du Bulletin de l'Eure, l'administration centrale connut une situation relativement stable durant le premier Directoire. Le commissaire Crochon survécut à Fructidor avant d'être élu aux Cinq-Cents en germinal an VI et remplacé par l'ancien conventionnel Savary. L'administration centrale, fréquemment renouvelée après Fructidor, réussit à mettre en place une école particulièrement novatrice sur le plan pédagogique. En l'an VII, après le court intermède assuré par Rever, Thomas Lindet devint commissaire central et s'efforça de relancer vigoureusement la lutte contre la chouannerie mais ses efforts furent interrompus par le coup d'État de Brumaire. Adepte du "juste milieu", hostile à la fois au "royalisme" et à "l'anarchisme", entre l'an IV et l'an VIII, l'Eure, département foncièrement modéré, d'abord péoccupé par la sécurité publique et l'activité économique, suivit globalement l'évolution du régime directorial sans faire preuve d'une grande originalité


  • Résumé

    The Eure department, quite near from Paris, which had joined the Norman federalism in 1793, agreed to the Constitution of the year III but refused the decrees of the two-thirds. Located in the border department of the Orne and Calvados, the department was caught up by the Chouan rising. A kind of endemic stir appeared, sometimes coming under an ordinary banditory, but more often organized by the Chouans who murdered Goubert, first president of the Central Administration in Messidor Year V. After the year V reaction, the coup d'Etat in Fructidor led to lots of destitutions of government commissioners and district administrators, whereas a Neo-Jacobin movement was expressed through the medium of the press Bulletin de l'Eure, published in Evreux by the editor Touquet. The last-mentioned judged the Central Administration far too moderate and a lot of constitutional circles agreed with the criticism. Faced with the chouan rising and exposed to the criticism of the Bulletin de l'Eure, the Central Administration lived a quite stable situation during the first Directory. The commissary, named Crochon, survived Fructidor before getting elected to the Cinq-Cents in Germinal year VI and then replaced by the former conventional Savary. The Central Administration, frequently renewed after Fructidor, succeded in creating a central school which was specially innovatory as far as the teaching skills were concerned. In the year VII, after the fleeting mandate of Rever, Thomas Lindet became a central commissioner and tried to give a strong boost against the Chouan rising, but his action was stopped by the Coup d'Etat of Brumaire. Following the "middle course", both hostile to the "royalism" and the "anarchism", between the year IV, the Eure, a basically moderate department, worried about public security and economic activity, globally followed the evolution of the directorial government without showing an important originality.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (707 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 568-581. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Z19963/1
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Z19963/2
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Z19963/3
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I3691
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.