L'oeil à la bouche : de la chute des arts visuels dans les sphères de l'oralité

par Laurence Tuot

Thèse de doctorat en Arts plastiques

Sous la direction de Leszek Brogowski.

Soutenue en 2009

à l'Université européenne de Bretagne .


  • Résumé

    L'art alimentaire opère au sein des arts plastiques un curieux déplacement sensoriel des intérêts artistiques. Que signifie cette désaffection des jeux rétiniens au profit du trou noir et vorace de la bouche qui est l'Autre de l'oeil, cet organe traditionnellement éthéré et scientifique ? Signe-t-elle le constat d'une exténuation des arts visuels ou bien engage-t-elle leur pratique sur un terrain d'expérimentations inédites ? La nourriture, oscillant sans cesse entre les pôles de la tradition et de la nécessité vitale, est le lieu dangereux où font retour les atavismes et les croyances. Dans une période de crise, l'art alimentaire peut très bien marquer un repli mélancolique dans des valeurs désuètes et prendre la forme d'une autodestruction malheureuse des arts du visible. Mais à l'inverse, parce qu'elle touche aux racines de nos conceptions du monde, la nourriture, ce matériau instable et capricieux, représente aussi la chance de la mise en doute de toutes les idéologies. Dans les arts visuels en quête d'une refondation épistémologique, la bouche, l'orifice destructeur du rire, peut aussi devenir, en l'embarrassant de la matérialité épaisse de la chair, l'allié et le modèle de l'oeil

  • Titre traduit

    From the eye to the mouth : about the failing of visual arts into orality worlds


  • Résumé

    Within the field of Contemporary Art, Food Art seems to introduce an unfamiliar sensorial shifting. What could possibly mean this disaffection of retinal games for the benefit of the mouth, this voracious blackhole and the complete opposite of the eye, this ethereal and usually devoted to science organ ? Could it be seen as the sign of visual arts exhaustion or could it bring another practical way on a brand new experiment area ? The food, divided between traditional poles and subsisting needs, is the dangerous place where atavisms and believes still operate. During a major crisis, Food Art could appear as a melancholic fold into old-fashioned values and could be shaped as a un pleasant visual art self-destruction. In the contrary, the food, still unstable and whimsical material, could represent, as a rooting mechanism of our cosmologies, our possibility to question ideologies. In visual arts in order to rebuilt their epistemology, the mouth, as our laughing destroying orifice, could otherwise become, burdened within the thick completion of flesh, a natural allied for the eye

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (496 f.-[41 p. de pl.])
  • Notes : Thèse microfichée
  • Annexes : Bibliogr. f. 471-481. Index des noms. Table des illustrations

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2009/10

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2009/REN2/0005
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/3762
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.