Phytoarchéologie : impact d’occupations archéologiques sur la flore actuelle : historique, concepts, méthodes et études de cas

par Quentin Lemouland

Thèse de doctorat en Archéologie et archéométrie

Sous la direction de Jean-Laurent Monnier et de Dominique Marguerie.

Soutenue en 2009

à Rennes 1 , dans le cadre de École doctorale Sciences de la matière (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (autre partenaire) .


  • Résumé

    Depuis longtemps, partout dans le Monde, la présence d’une flore particulière a pu être observée en lien avec les occupations archéologiques. Cela intéresse les archéologues qui y voient une possible utilité en prospection, et les écologues qui intègrent de plus en plus l’homme et le passé dans la compréhension des écosystèmes actuels. L’étude de quatre sites archéologiques en milieux semi-naturels permet d’évaluer ce lien entre sites et végétation dans l’Ouest de la France. Sur chacun, l’impact des structures sur la flore est flagrant. Les sols de trois de ces sites ont été analysés : leurs propriétés physiques et chimiques sont modifiées par les occupations anciennes. L’analyse écologique de la flore de deux des sites apporte des réponses. Les espèces végétales particulières observées sur les sites n’ont pas été apportées par l’homme. Elles sont le reflet de cette modification durable des sols. Cela s’accompagne d’une fermeture précoce du milieu, due à une meilleure disponibilité des ressources minérales ou hydriques sur les occupations anciennes. Afin de permettre l’application de ces travaux à la prospection archéologique, un programme informatique de bioindication a été développé. Un nom est proposé pour cette nouvelle discipline : la phytoarchéologie.

  • Titre traduit

    Phytoarchaeology : archaeological occupations impact on actual flora : history, concepts, methods and case studies


  • Résumé

    Since a long time throughout the World, presence of a particular flora has been observed on archaeological occupations. Archaeologists are interested in this relationship for surveying purposes. These long term man impacts are more and more intergrated in present ecological studies. Study of four archaeological sites in semi-natural areas allows to evaluate the link between sites and vegetation in North-Western France. Impact of structures on flora is obvious on each site. Soils of three of them are analysed : their physical and chemical properties are modified by ancient occupations. Ecological analysis of two sites flora provides answers. Plant species observed on specific sites were not introduced by man. They reflect this sustainable change of the soils. There is an early closure of the environment related to a better availability of mineral and water resources on old occupations. Bioindication software is developed to apply our approach to archaeological surveys. This discipline called “phytoarchaeology” is redefined.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2018 par [CCSD] à Villeurbanne

Phytoarchéologie : impact d’occupations archéologiques sur la flore actuelle : historique, concepts, méthodes et études de cas

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (351, 409 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 295-321

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rennes 1. Service commun de la documentation. BU Beaulieu.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 2009/203

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Géosciences et environnement.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 09 REN1 S203
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.