La poterie onctueuse en Bretagne : 10e-16e siècle : étude archéologique, archéométrique et documentaire

par Charlotte Le Noac'h

Thèse de doctorat en Archéologie et archéométrie

Sous la direction de Bernard Merdrignac et de Jean-Laurent Monnier.

Soutenue en 2009

à Rennes 1 .


  • Résumé

    La poterie onctueuse est apparue en Bretagne à la fin du 10e siècle ; son utilisation est d’abord destinée au stockage des denrées. Du 12e siècle au 14e siècle, période de véritable monopole dans toutes les couches de la société, elle compose presque à elle seule la batterie des récipients utilisés dans les « cuisines » pour la confection des repas. Du 14e au 15e siècle, elle se diversifie dans ses formes, rebords et décors. Au début du 16e siècle, la transition vers d’autres types de production atteste de la fin de son utilisation généralisée. L’appauvrissement des matières premières, le changement des goûts et pratiques culinaires des hommes peuvent donner des pistes quant à cet abandon. L’inventaire des 162 sites et le catalogue des formes de rebords ou vases archéologiquement complets et la typologie générale ont permis de valider les deux typo-chronologiques déjà en place pour toute la Bretagne. Les propriétés mécaniques montrent une forte porosité, sûrement à la source de sa faible résistance mécanique. Sa porosité ouverte est génératrice de perméabilité. Les propriétés thermiques montrent qu’elle est très isolante, qualité plutôt idéale pour la confection des soupes et autres bouillons effectués au feu ou sur les braises. Cette bonne isolation permet non seulement de garder la chaleur mais aussi de supporter la montée en température et les chocs thermiques chaud/froid. La recherche de mentions dans les textes pour la compréhension de la production n’est d’aucun secours pour la Bretagne et la fabrication de la poterie onctueuse. Les données cadastrales fournissent des renseignements quant à une probable localisation des ateliers de production. L’analyse des cartes de répartition des sites de consommation permet d’éclairer les réseaux et systèmes d’échanges dans l’histoire économique de la Bretagne. L’étude du commerce par voies intérieures et cabotage, les liens entre les côtes françaises et au-delà permettent de restituer l’image de sa diffusion au Moyen Âge.

  • Titre traduit

    Onctueuse pottery in Brittany : 10th-16th Century : archeological, archaemotric and documentary study : production, consumption, distribution


  • Résumé

    "Onctueuse pottery" appeared in Brittany in the late 10th century. Its primarily use is for storing food. From the 12th century to the 14th century, a period of monopoly in all segments of society is observed: it is almost the only battery containers used in the "kitchen" for making meals. From the 14th to the 15th century, it is diversified in its forms, edges and decorations. In the early 16th century, the transition to other types of production testifies of the end of its widespread use. The depletion of raw materials, changing tastes and culinary practices of men can give clues for its abandonment. The inventory of 162 sites and the catalog of shapes or edges of the complete archaeological vases and the general typology helped to validate the two chronological typologies already done throughout Brittany. The mechanical properties show a high porosity, surely the source of its low mechanical strength. Its porosity is generating permeability. The thermal properties show that it is of a very insulating quality that is ideal for making soups or broth made on fire or embers. This good insulation can not only keep the heat but it can also withstand the temperature rise and thermal shock from hot to cold. The search for references in the texts for the understanding of the production is not helpful for Brittany and for the manufacture of “onctueuse pottery”. The cadastral data provide information about the likely location of production workshops. Analysis of the distribution maps of sites can use to illuminate the networks and trading systems in the economic history of Brittany. The study of trade by inland waterways and coastal shipping, and the links between the French coasts and beyond, help to restore the image of its distribution in the Middle Ages.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (II-239 p., 352 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 151-176. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 2009/160 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.