Habiter une ville lointaine : le cas des migrants japonais à Paris

par Hadrien Dubucs

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Françoise Dureau.


  • Résumé

    Cette thèse s'inscrit dans une réflexion contemporaine sur la façon dont les mobilités spatiales spécifient les rapports pratiques (agencement spatial des activités) et idéels (connaissance et représentations) des individus à leurs espaces de résidence. La notion d'habiter est ici utilisée pour saisir les spatialités des migrants japonais séjournant à Paris. Un tel objet de recherche amène à analyser une expérience particulière de mobilité : la migration internationale entre des lieux que sépare une grande distance spatiale et que distinguent clairement des caractéristiques urbanistiques, sociales et culturelles. L'analyse croisée de données issues du recensement et d'entretiens avec un échantillon de migrants japonais montre que, par leurs manières d'habiter Paris, les individus prennent en charge cette confrontation à la distance de façon dynamique, complexe et différenciée. Les temporalités du séjour et les significations attribuées à la séquence parisienne des trajectoires biographiques apparaissent comme des facteurs-clés de différenciation, et se traduisent dans les choix résidentiels à Paris comme dans les échanges avec les lieux japonais de l'espace de vie. Elles éclairent aussi le rythme et l'ampleur de l'autonomisation des migrants japonais vis-à-vis des ressources commerciales, sociales ou informationnelles qui leur sont dédiées. Enfin, par leurs manières d'habiter, ceux-ci contribuent à certaines dynamiques urbaines : renforcement de l'image internationale de quartiers valorisés du centre-ouest parisien ; spécialisation d'un segment du parc locatif dans l'accueil d'étrangers qualifiés ; complexification des marquages sociaux dans des quartiers en cours de gentrification ; création d'une offre commerciale et culturelle spécifique qui, dans le quartier de l'Opéra, enrichit l'attractivité d'une centralité économique et historique majeure de la métropole. Ces contributions reposent sur la position ambivalente des migrants japonais à Paris, entre proximité liée à leur statut d'élites migrantes originaires d'un pays du Nord, et distance inhérente à une migration lointaine

  • Titre traduit

    Dwelling modes in a distant city : the case of japanese migrants in Paris


  • Résumé

    This thesis has for frame a contemporary academic interest in how spatial mobility influences and characterizes the way individuals practically (i. E the spatial organization of their activities) and intellectually (i. E knowledge and representations) connect to their places of residence. This research examines the dwelling modes of Japanese migrants in Paris. They are perfect examples of a specific type of migration between distant locations that are clearly distinct on an urban, social and cultural level. A cross analysis of census data and interviews with a sample of Japanese migrants shows that the individuals confronted with such distance cope in complex, dynamic, and various ways. The duration of their stay, familial or professional events, and the meaning of their Parisian days within their biographies are key factors of differenciation. They translate, among others, into both housing choices in Paris and specific relations to the places they lived in, back in Japan. These elements also have an effect on how fast and how thoroughly the Japanese migrants drift away from the commercial, social or informational resources that are dedicated to them. On a broader scale, the Japanese migrants' settlement patterns and daily practices actively contribute to urban changes: The reinforcement of the international presence in high-end districts of central-western Paris; The specialisation of a fraction of the rental market in high-class foreigners; The growing complexity of gentrifying districts as regards social and ethnic composition; The creation of a specific commercial and cultural supply around “Opéra” that enriches the historical and economic appeal of a major Parisian district. All these contributions stem from the ambiguous positioning of the Japanese as migrants in Paris: they are at the very same time Eastern Asians thousands of kilometers away from home and a migrating elite in a fellow developped country

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (442 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 403-429

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Maison des sciences de l'homme et de la société. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 2915
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.