Les silences de Heidegger : prolégomènes pour une piété questionnante

par Eké Wouanssi

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Bernard Mabille.

Soutenue en 2009

à Poitiers , en partenariat avec Université de Poitiers. UFR de sciences humaines et arts (autre partenaire) .


  • Résumé

    Pour Heidegger, la métaphysique est l'histoire-même de l'oubli de l'être depuis son inauguration par les Grecs. Son ontologie fondamentale aura donc pour but le refoulement et la destruction des sciences traditionnelles et surtout la théologie afin de reposer de nouveau la question de l'être. Or, dès l’origine, la question de l'être et celle de Dieu sont inséparables d'où la difficulté pour lui de séparer ou de nommer l'être sans l'identifier à Dieu. Son silence sur sa provenance théologique et son héritage hébraïque, son herméneutique et son langage, loin de nier l'apport actif de l'hébraïsme dans la philosophie occidentale, accentue plutôt ses dettes envers la théologie et l'univers biblique de sorte que sa question de l'être sans Dieu est une variante de la question de Dieu. C'est l'interprétation de ces silences que nous nommons prolégomènes car ils conduisent dans la sérénité du questionnement homme, être, Dieu et parole à leur authentique sens d’apocalypse (άποκαλύπτω) c'est-à-dire dévoilement, révélation, don.

  • Titre traduit

    Martin Heidegger : silence about his Christian heritage as an introduction to an other meaning of God


  • Résumé

    According to Heidegger, metaphysics is the history-even of the lapse of memory to be it since its inauguration by the Greeks. The purpose of its fundamental ontology will be thus repression and the destruction of traditional sciences and especially theology in order to again rest the question of being it. However, right from the start, the question of being it and that of God are inseparable from where the difficulty for him of separating or of naming to be it without identifying it with God. Its silence on its theological source and its Hebraic heritage, its hermeneutics and its language, far from denying the active contribution of the Hebraism in Western philosophy, rather accentuates its debts towards theology and the biblical universe so that its question of being it without God is an alternative of the question of God. It is the interpretation of these silences which we name prolegomenes because they lead in the serenity of the questioning man, being, God and word with their authentic direction of apocalypse (άπ��καλύπτω) i. E. Revealing, revelation, gift.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (II-498 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 482-494. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.