Khoratpithecus et la radiation des hominoïdes en Asie du Sud-Est au Miocène

par Edouard-Georges Emonet

Thèse de doctorat en Terres solides et enveloppe superficielle

Sous la direction de Jean-Jacques Jaeger, Franck Guy et de Paul Tafforeau.

Soutenue en 2009

à Poitiers .


  • Résumé

    La découverte d'hominoïdes fossiles en Thaïlande et au Myanmar a révélé de nouveaux épisodes de l'histoire évolutive du groupe. Ces fossiles ont été exhumés sur trois sites distincts, qui ont été caractérisés géologiquement et précisément datés : la mine de Chiang Muan, au Nord-Ouest de la Thaïlande, le plateau de Khorat, au Nord-Est de la Thaïlande, et la formation de l' Irrawaddy, dans le bassin central birman. L'âge de ces sites est compris entre 8,8 et 13 Ma. La description des fossiles a permis leur attribution au genre Khoratpithecus, au sein duquel trois espèces ont été reconnues. Morphologiquement, Khoratpithecus présente des affinités claires pour le genre Pongo et, dans une moindre mesure, pour le genre Sivapithecus des Siwaliks. La morphologie des racines dentaires des hominoïdes a été étudiée grâce aux techniques d'imagerie numérique de la morphologie interne. Il est apparu que cette morphologie présentait une forte valeur taxonomique, et qu'elle était utilisable dans les analyses phylogénétiques. Une analyse morphométrique des couronnes dentaires, ainsi qu'une reconstitution virtuelle de fossiles déformés ou brisés, ont également été effectuées grâce aux techniques de microtomographie X. L'intégration des nouveaux fossiles et des nouvelles données dans les analyses phylogénétiques a confirmé la position de Khoratpithectus en groupe frère des orang-outangs. En revanche, le genre Lufengpithectus, classiquement attribué au clade Pongo, s'avère plus proche des Dryopithectus européens. Cette phylogénie renforce l'idée d’une migration d' Ouest en Est, au sud de l’Himalaya, pour le clade Pongo, et une migration depuis l'Europe par le Nord de l'Himalaya pour le genre Lufengpithectus

  • Titre traduit

    Khoratpithecus and the radiation of hominoids in South-East Asia during Miocene


  • Résumé

    The recent discovery of fossil hominoids in Thailand and Myanmar unveiled new episodes of the evolutionary history of this group. Those fossils were unearthed in three distinct sites: Chiang Muan in north-western Thailand, Khorat plateau in north-eastern Thailand and the Irrawaddy formation in Central Myanmar. These sites have been geologically characterized and precisely dated between 8. 8 and 13 Ma. The descriptions of those fossils allowed an attribution to Khoratpithecus. Within this genus, three species have been recognized. Morphologically, Khoratpithecus display clear affinities to extant Pongo and, to a lesser extend, Sivapithecus from Siwaliks. The morphology of dental roots within hominoids has been studied using inner anatomy imaging techniques. This morphology displays high taxonomical value, and can be used in phylogenetical studies. Morphometrical analyses of dental crowns, along with virtual reconstruction of shattered or distorted fossils, have been performed using X-ray microtomography. Phylogenetical analyses integrating new specimens and new data confirmed Khoratpithecus as a sister-group of orang-utans. On the other hand, the genus Lufengpithecus, despite classically attributed to Pongo clade, appears closer to Dryopithecus than to Pongo. Such a phylogeny strengthens the hypothesis of a West-East migration through the South of Himalaya for Pongo clade, and a migration from Europe through the North of Himalaya fot Lufengpithecus.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (290 p.)
  • Notes : Thèse confidentielle jusqu'en décembre 2010
  • Annexes : Bibliogr., 197 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.