Espaces imaginés, espaces habités. Au-delà de la mondialisation : Téhéran, Rabat, New York, Paris

par Émeline Bailly

Thèse de doctorat en Urbanisme

Sous la direction de Thierry Paquot.

Soutenue le 08-12-2009

à Paris Est, dans le cadre de Economie, Gestion Et Espace, en partenariat avec Centre de recherche sur l'espace, les transports, l'environnement et les institutions locales (équipe de recherche) et de Institut d'Urbanisme de Paris (Institut de recherche et de formation) .


  • Résumé

    La mondialisation est souvent associée à une homogénéisation et une standardisation des métropoles. Pour autant, des représentations urbaines singulières émergent. En questionnant la réalité des modèles internationaux, mon ambition était de comprendre la manière dont les pensées urbaines se fabriquent, se diffusent, se confrontent et s’inventent, la façon dont elles s’ancrent dans une culture, projettent une société en devenir et créent les lieux publics. La mise en regard de la conception de l’espace urbain dans quatre métropoles, Paris, Rabat, Téhéran et New York, a révélé qu’il n’y avait non pas émergence de grands modèles types mais, au contraire, une atomisation de références qui co-existent et fondent les nouveaux lieux de la ville. Ce faisceau d’influences s’inscrit en continuité avec le passé pour mieux le réinventer. Il s’inspire de visions de plus en plus diversifiées, venues d’ailleurs. Plus encore, il prend appui sur des symboles, des représentations imaginaires de la ville. La réalité urbaine émerge de cet enchevêtrement d’interprétations individuelles et collectives, passées ou importées, théoriques ou imaginaires. Les lieux publics apparaissent alors comme un espace de dialogue inachevé sur une représentation du monde elle-même en évolution. Ils sont une redéfinition infinie de l’expérience de la relation des hommes à leur environnement. Cette hybridation amène à penser autrement le fait urbain. La proximité et l’expérience partagée de la fabrication de la ville permettent de charger les lieux des existences, émotions, passions et rêves des hommes. Ceux-ci sont potentiellement ouverts à une possibilité d’habiter, d’être au monde. Plus encore, l’expérience subjective et symbolique permet d’être présent au monde et à autrui, de transposer la vie humaine au-delà de sa condition mortelle, d’inventer un horizon pour « habiter poétiquement la terre » (F. Hölderlin).


  • Résumé

    Globalization is often associated with a homogenization and standardization of cities, However, representations of unique urban models continue to emerge. By questioning the veracity of a homogenous international model, my desire was to understand the manner in which urban thinking is formed, how it is disseminated, how it is challenged and reinvented, how it is rooted in a culture, projecting a vision of society and the création of public space. An overview of the design of urban space in four cities : Paris, Rabat Tehran and New York, does not reveal the emergence of any global design types, but rather a splintering of references which co-exist and form the basis for new urban spaces. This palette of influences is in continuity with the past so as to better reinvent it. It inspires visions which are more and more diversified by places afar. More than ever, it is attached to symbols, imaginative representations of the city. The urban reality emerges from this entwinement of individual and collective interpretations, of the past or imported, theoretical or imaginary. In perpetual reinterpretation, public spaces then appear as places of open dialogue that are based on an everchanging representation of a world that is still in flux. They are the infinite redefinition of the experience of the relation of humankind's to the environment. This hybridization brings to mind a new urban reality. The intimacy and shared experience in the creation of cities allows for spaces that are charged with the existence, emotions and passions of mankind. They are open to the possibility of living, of being, of the world. Even more, the experience of the subjective and symbolic allows for the presence of the worldly and the « other », the transposition of human life beyond its mortal condition, to create a horizon « for poetic living on Earth ». (F. Hölderlin).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.