Contrats incitatifs, pratiques organisationnelles, TIC et productivité du travail

par Wided Ben Salah

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Catherine Rouzaud.

Soutenue le 09-07-2009

à Paris Est, dans le cadre de Economie, Gestion Et Espace, en partenariat avec Equipe de Recherche sur l'Utilisation des Données Individuelles Temporelles en Economie (ERUDITE) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Gilbert Cette.

Le jury était composé de Gilbert Cette, Jean-Pierre Huiban, Catherine Rouzaud, Michel Sollogoub, Pierre Villa.


  • Résumé

    Notre travail a cherché à éclairer une partie des éléments qui peuvent agir sur la productivité du travail, notamment les contrats incitatifs, les technologies de l’information et de la communication (TICS) et les pratiques organisationnelles. Nous avons naturellement tenu compte de la présence d’asymétries d’information, susceptibles d’influencer la relation d’emploi et les choix de l’entreprise en matière de pratiques organisationnelles et d’introduction des technologies de l’information et de la communication. La thèse se divise donc en deux grandes parties : la première se penche sur les contrats incitatifs optimaux ainsi que sur l’effet des différents modes de rémunération sur la productivité. La deuxième partie, quant à elle, met l’accent sur l’introduction et les effets des TICS et des pratiques organisationnelles. Les résultats empiriques tirés de la première partie montrent que l’effet de la rémunération sur la productivité dépend de la forme de rémunération choisie et de la catégorie socioprofessionnelle des employés concernés. Ils mettent également en évidence un effet de la durée du contrat de travail ainsi que du taux d’endettement à court terme sur la productivité. Les résultats issus des études faites dans le cadre de la deuxième partie de la thèse indiquent que les entreprises ont eu besoin d’un temps d’adaptation, entre 1998 et 1999, avant que les effets positifs des TICS et des pratiques organisationnelles puissent se répercuter sur la productivité des salariés. Leurs effets sont intervenus plus rapidement en 2004, compte tenu de ces délais d’accumulation du capital humain. Enfin, nous avons également pu montrer que le gain de productivité s’avère plus important si l’entreprise choisit de mettre en œuvre les deux changements en même temps.


  • Résumé

    Our work has tried to identify some elements which may have an effect on labor productivity, among which the incentive contracts, the information and communication’s technologies (ICT) and the organizational practices. We took into account the presence of asymmetric information, susceptible to influence the employment relationships and the firm’s choices concerning the organizational practices or the introduction of ICT. The dissertation is divided into two parts: the first one considers the optimal incentive contracts as well as the effect of various remuneration systems on labor productivity. The second part is devoted to the introduction of ICT and the organizational practices. The empirical results drawn from the first part show that the remuneration’s effect on productivity depends on the adopted type of payment and on the social and occupational group of the beneficiaries. They also indicate that the length of the employment’s contract and the rate of short term debts have an effect on productivity. The results obtained within the framework of the second part of the dissertation show that the employees needed some time to adapt, between 1998 and 1999, before the positive effects of the ICT and organizational practices could appear on their productivity. However given the delays of human capital’s accumulation, the effect on labor productivity of various ICT and organizational practices occurred more quickly in 2004. Finally, we showed that the productivity increases more if the company chooses to undertake both changes at the same time.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.