De l'ambiguïté identitaire au repli culturel dans le Machrek Arabe

par Leila Rezk

Thèse de doctorat en Droit histoire des relations internationales

Sous la direction de Albert Lourde.

Soutenue en 2009

à Perpignan , dans le cadre de École doctorale Énergie environnement (Perpignan) .


  • Résumé

    Les logiques qui restreignent les échanges culturels entre l’Europe et le Machrek arabe s’inscrivent dans une longue histoire marquée par une volonté mutuelle de domination culturelle. L’incompréhension et les conflits qui s’en suivent incitent les partenaires au repli tant politique que culturel. L’identité culturelle du Machrek a muté de l’arabité à l’islamité et les identités nationales n’ont été qu’une source de pouvoir empêchant l’émergence du citoyen. C’est la précarité de la construction de l’Etat-nation qui engendre des identités confuses qui brouillent l’image de l’Autre et rendent complexe le dialogue avec lui. Ce dialogue est d’autant plus improbable que la capacité des peuples de cette région à créer librement une image sereine et pacifiée d’eux-mêmes est entravée par l’omniprésence d’une censure tant étatique que sociale et une idéologisation excessive du religieux. Ces entraves font que l’individu est absent de l’espace réel ou imaginaire arabe qu’il soit public ou privé la tradition tribale, l’islam et l’Etat ayant œuvré à l’effacer. Le repli sur une image de soi étriquée est le fait d’un itinéraire solitaire du créateur confronté à l’autocensure, au rapport intangible au sacré et aux tabous mentaux. Les créateurs de l’intérieur et les exilés parviennent pourtant à exorciser les peurs et à donner les contours d’une nouvelle identité par la transgression.

  • Titre traduit

    From uncertain identity to cultural withdrawal in the Arab Mashrek


  • Résumé

    The logic behind the factors that constrain cultural exchanges between Europe and the Arab Mashrek stem from a long history of mutual desire for cultural domination. The ensuing lack of understanding and conflicts has encouraged both partners to a withdrawal that is political as well as cultural. The cultural identity of the Maskrek has been transformed from an Arab identity to an Islamic one and national identities have been nothing more than a source of power limiting the emergence of the citizen. It is the precariousness of the construction of the Nation-State that gives birth to confused identities, blurring the image of the other. As a result, all dialogue becomes complex and unlikely due to the fact that the capacity of the peoples of this region to freely create a peaceful image of themselves is hindered by the omnipresence of both State and social censorship and a process whereby religion becomes excessively ideological. These barriers result in an individual who is absent from the real and imaginary Arab space, whether public or private, with tribal traditions, Islam and the State all working towards his removal. The withdrawal to a restrained image of oneself is the result of a solitary path walked by the creator who is confronted to self-censorship, of an intangible relationship to the sacred and of mental taboos. Yet creators, whether in exile or not, succeed in exorcising their fears and in providing the outlines of a new identity through transgression

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (490 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 442-482

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 2009 REZ
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.