Le social et les disciplines : Développement et institutionnalisation des sciences sociales à la london School of Economics and Political Science, 1895-1914

par Arnaud Page

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Michael Parsons.

Soutenue en 2009

à Pau .


  • Résumé

    Cette thèse étudie les vingt premières années d'existence de la London School of Economics and Political Science (créée par le socialiste Fabien Sidney Webb en 1895) afin de contribuer à l'analyse du processus d'institutionnalisation des sciences sociales en Grande-Bretagne au tournant du vingtième siècle. La perspective privilégiée dans cette thèse est de replacer le développement de ces différentes formes de discoursdans leurs contextes professionnels. Situant son analyse au niveau non pas d'un penseur ou d'une discipline mais d'une école comme lieu concret d'enseignement et de production de savoirs, elle se propose d'étudier l'interaction entre les changements institutionnels et intellectuels. L'argument central qui parcourt ce travail est que si l'ambition initiale de Webb a parfois été interprétée comme procédant d'une volonté de s'opposer à l'étude plus traditionnelle qui prévalait à Oxford et Cambridge, la mise en œuvre de ce projet est marquée par de multiples lignes de continuité avec le travail développé dans les anciennes universités. Cette thèse s'attache ainsi à montrer la façon dont la création de cette école participe d'une reformulation (plutôt que d'un rejet) de l'idéal universitaire, marquée par l'intégration de l'idéal de recherche au sein d'une approche plus généraliste et "libérale". En étudiant quatre disciplines en particulier (science politique, économie, géographie et sociologie), ce travail s'attache surtout à montrer que la contribution de la LSE aux évolutions de l'étude du social se situe moins au niveau de grands projets théoriques et scientifiques qu'à celui d'une accumulation de décalages graduels dans les pratiques intellectuelle.

  • Titre traduit

    Development and institutionalisation of the social sciences at the London School of Economics and Political Science, 1895-1914


  • Résumé

    This dissertation studies the first twenty years of the London School of Economics and Political Science (founded in 1895 by Fabian Sidney Webb) to contribute to a better understanding of the institutionalisation of the social sciences at the turn of the twentieth century. The approach taken in this thesis is to locate the developments of these different types of discourse primarily in their professional contexts. Rather than analysing a particular thinker or a discipline, it focuses on a school as a concrete place of teaching and research, in order to analyse the interaction between institutional and intellectual changes. The central argument of this thesis is that if the initial project for the school has sometimes been interpreted as having been directed against the more traditional types of study which prevailed at Oxford or Cambridge, its actual developments were marked by the persistence of the concerns and approaches that characterized the analysis of social phenomena in the older universities. This dissertation argues that creation of the LSE was an important event in the reformulation (rather than the rejection) of the ideals attached to institutions of higher education in Britain, marked by the incorporation of the research ideal within a more general and liberal approach. It attemps to show how the contribution of the LSE to the transformations of the social sciences is to be found in a series of gradual intellectual and institutional shifts rather than in eleborate theoretical or scientific schemes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (454 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 403-448. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Lettres.
  • En acquisition
  • Cote : ULT 1163
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.