Un demi-siècle de revendication en faveur de l'enseignement de la langue d'Oc (1940-1990) : enjeux, projets et réalisations

par Yan Lespoux

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Christian Thibon et de Joan-Ives Casanova.

Soutenue en 2009

à Pau .


  • Résumé

    Depuis la deuxième moitié du XIXème siècle, avec la fondation du Félibrige, la langue d’oc, en constant recul dans son usage social, bénéficie d’une revendication destinée à la promouvoir, notamment au sein de l’institution scolaire. Il faut cependant attendre la Seconde Guerre mondiale et l’avènement de l’État français du maréchal Pétain pour que cette revendication commence réellement à aboutir à quelques résultats. Formée dans la première partie du XXème siècle, une nouvelle génération de militants arrive alors à s’organiser pour toucher la pouvoir. Après la guerre, le mouvement se relance avec en particulier la création de l’Institut d’Études Occitanes et celle de groupements destinés à appuyer la revendication pédagogique et la mise en place de l’enseignement de la langue d’oc dans l’école. Toutefois, cette revendication se heurte souvent aux mêmes obstacles tant auprès des pouvoirs publics que d’une partie de la société. De plus, menée par un nombre réduit de militants, elle peine parfois à se renouveler et est propice aux querelles intestines. Les changements politiques en France et générationnels au sein des groupes menant la revendication permettent des avancées significatives sans que, sur le fond, les arguments des opposants comme des tenants de cet enseignement n’évoluent vraiment. Derrière cette histoire de la revendication en faveur de l’enseignement la langue d’oc transparaît celle du mouvement d’oc dans son ensemble et particulièrement des intellectuels qui le mènent.

  • Titre traduit

    Half of a century of claiming for the langue d'oc teaching (1940-1990) : stakes, projects and realizations


  • Résumé

    Since the second part of 19th century, with the Felibrige’s foundation, the langue d’oc, which is constantly declining in its social use, has been benefiting by a claim intended to promote it, notably inside the school institution. But we have to wait until Worl War II and the coming of the Etat français with marshal Pétain, for a debut of a real outcome. Formed in the first part of the 20th century, a new generation of militants manages to concern the government. After the war, the movement knows a revival with, more particularly, the foundation of the Institut d’Études Occitanes and the starting of groups intended to support the pedagogical claim and to create the teaching of langue d’oc at school. However, this claiming often comes up against the same obstacles with the authorities as well as with a part of society. Moreover, led by a limited number of militants, it struggles sometimes to revive itself and it is propitious to internal quarrels. Political changes in France and generational changes inside groups leading the claim permit to do some meaningful progress even if basically the arguments of the opponents as well as those of the supporters of the langue d’oc teaching do not really change. Behind this story of claiming for the langue d’oc teaching, the history of all the movement for langue d’oc as a whole, and more particularly of the intellectuals leading it, is showing.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (540, 264 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 512-524. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : ULT 1154-1
  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : ULT 1154-2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.