50 ans au coeur du système communiste : Raymond Guyot, un dirigeant du PCF

par Marc Giovaninetti

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jacques Girault.

Soutenue en 2009

à Paris 13 .


  • Résumé

    Parmi la dizaine de grands dirigeants historiques du Parti communiste français, Raymond Guyot (1903-1986) est un des plus méconnus. Sa carrière politique fut pourtant exceptionnelle par sa longévité et sa diversité. Parvenu dans les strates dirigeantes du Parti au tout début des années 1930, il s’y est maintenu jusqu’aux années 1970, sous les secrétariats généraux successifs de Maurice Thorez, de Waldeck Rochet et de Georges Marchais. Du premier, il fut le plus fidèle soutien au Bureau politique, et il a scrupuleusement suivi sa trajectoire politique, en partageant les succès et les déboires : d’abord comme Secrétaire général ou Président des Jeunesses communistes, puis comme dirigeant de la Fédération parisienne du PCF, enfin comme responsable de sa Section de Politique extérieure. À ce dernier titre, il était un des hommes clé du mouvement communiste international à l’époque de Khrouchtchev et de Brejnev. Mais il avait déjà avant la guerre occupé une place importante au Komintern sous Staline et Dimitrov, comme secrétaire général de l’Internationale communiste des Jeunes, et pendant la guerre en assurant un des plus sûrs contacts entre Moscou et la France occupée. Il resta aussi presque jusqu’au bout un des hommes influents du Conseil mondial pour la Paix, investi de la confiance de l’URSS et de ses alliés communistes et progressistes, malgré certaines rudes épreuves. Durant toutes ces années, il a multiplié les déplacements internationaux, particulièrement entre Paris et Moscou. Sa fidélité à l’URSS a pourtant été progressivement ébranlée, surtout à cause des événements tchécoslovaques qui l’ont personnellement affecté, mais sans qu’il ne la renie jamais ouvertement.

  • Titre traduit

    50 years in the heart of the communist system : Raymond Guyot, a leader of the French communist Party


  • Résumé

    Among about ten big historic leaders of the French communist Party, Raymond Guyot (1903-1986) is one of the most underestimated one. His political career was nevertheless exceptional for its longevity and variety. He reached the ruling strata of the Party at the very beginning of the 1930s, and he remained there until the 1970s under Maurice Thorez’s, Waldeck Rochet’s and Georges Marchais’s successive posts of General Secretaries. Of the first one of these men he was the most faithful support for the Political Bureau, and he scrupulously followed his political line, sharing the successes and the setbacks: at first as General Secretary or President of the Communist Youths, then as leader of the Parisian Federation of the PCF (French Communist Party), finally as the man in charge of the Foreign Policy Section. As such, he was one of the key men of the international communist movement at the time of Khrushchev and Brejnev. But before the war he had already held an important place at the Comintern under the leaderships of Stalin and Dimitrov, as General Secretary of the Young Communist International, and during the war by assuring one of the safest contacts between Moscow and the occupied France. Up to the end he also remained one of the most influential men of the World Peace Council, empowered with the trust of the USSR and of its communist and progressist allies, in spite of some hard events. During all these years he increased the number of his international trips, particularly between Paris and Moscow. His loyalty to the USSR was nevertheless gradually shaken, especially because of the Czechoslovak events which affected him personally, but he never renounced it openly.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(1196 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 1145-1172

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre d'histoire sociale du 20e siècle. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 1560 GIO
  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2009 055
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.