La protection internationale de l'otage. Le cas de la Colombie

par José Luis Gomez-Garavito (Gomez Garavito)

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Sandra Szurek.

Soutenue le 18-12-2009

à Paris 10 , dans le cadre de École Doctorale de Droit et de Science Politique (Nanterre) .

Le président du jury était Véronique Champeil-Desplats.

Le jury était composé de Sandra Szurek, Véronique Champeil-Desplats, Hervé Ascensio, Emmanuel Decaux, Yves Sandoz.

Les rapporteurs étaient Hervé Ascensio, Emmanuel Decaux.


  • Résumé

    La thèse étudie les problématiques juridiques que posent les récurrentes prises d'otages dans plusieurs régions du monde et notamment en Colombie, à partir d'une approche de droit international. Pour garantir le droit à la vie et à la liberté de toute personne, les Etats et la communauté internationale répriment la prise d'otages. Ils adoptent des normes internationales d'ordre pénal, soit dans le cadre des conflits armés, dans le cadre du terrorisme ou comme expression du droit commun. Les Etats établissent, également, des mécanismes pour la poursuite internationale de la prise d'otages, qui vont de l'extradition, en passant par la compétence universelle des juges, jusqu'à celle qu'avancent les juridictions internationales. La finalité de dissuasion que cette répression entraîne est évidente. D'un autre coté, afin de protéger les personnes qui, malgré l'interdiction, en deviennent victimes, et défendre leurs droits, les Etats comme la communauté internationale prêtent secours aux otages. A la suite de la définition du statut de l'otage, ce qui comporte l'analyse de son fondement et de la représentation de l'otage, l'étude expose leurs droits patrimoniaux et de "Rédemption"ou de libération. Puis la recherche analyse la mise en œuvre dudit statut, d'abord par les Etats, puis par l'ONU et la Croix-Rouge, illustrant ainsi l'universalité de la protection des otages par des entités internationales.

  • Titre traduit

    The international protection of the hostages


  • Résumé

    This thesis refers to the international legal problems represented by the hostage taking all over the world, especially in Colombia. Having as a goal the granting of the universal rights to life and to freedom, the States and the International community repress hostage taking. They adopt international criminal provisions, whether in the context of armed conflicts, in the frame of the fight against the terrorism, or whether as an expression of common criminality. Extradition, world wide judge competence, or the judgment by international jurisdictions are some of the mechanisms used against kidnapping, aiming to dissuade this crime. On another hand, having also as a goal the protection and safeguard of the rights of those persons who regardless the prohibition regrettably become hostages, the States and the International community provide assistance to the victims of kidnapping, the hostages. After defining the Rstatuts of the hostager, which implies analyzing its grounds and the representation of the hostages, the thesis exposes the hostages' rights to recover their freedom, their "redemption", and some economic rights. The investigation will also analyze the mechanisms used primarily by the States , then by the UNO and the Red-Cross, all illustrating the universality of the protection by the international entities in order to observe the hostage statute.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.