Jouer pour être heureux : pratiques ludiques et expressions du jeu chez les Inuit de la région d'Iglulik (Arctique oriental canadien), du XIXe siècle à nos jours

par Céline Petit

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Michèle Therrien et de Frédéric Laugrand.


  • Résumé

    Cette étude traite des pratiques ludiques et des représentations liées au jeu en tant que mode d’action et d’interaction chez les Inuit Iglulingmiut (Arctique oriental canadien). Elle propose un examen diachronique de différentes formes de jeu privilégiées par les membres de cette société, qui a connu d’importantes transformations d’ordre religieux et économique au cours du XXe siècle (christianisation et déclin du chamanisme, puis sédentarisation et intégration à une économie de marché…). Partant du constat selon lequel les descriptions livrées par divers observateurs présents dans l’Arctique canadien au XIXe et au début du XXe siècle soulignaient la fréquence et/ou la place significative des activités ludiques dans la vie quotidienne des groupes inuit rencontrés, la présente étude met en lumière certaines fonctions sociales et portées symboliques qui étaient et/ou sont encore associées au jeu chez les Iglulingmiut, en interrogeant plus particulièrement la place du jeu dans les processus liés à la construction de la personne d’une part, et dans les pratiques rituelles collectives vouées à assurer la reproduction et la continuité du groupe (ou bien encore sa mise en scène « culturelle ») d’autre part.

  • Titre traduit

    Playing for happiness and good fortune : ludic practices and the significance of play among the Inuit of the Iglulik region (Eastern Canadian Arctic)


  • Résumé

    This study deals with some of the uses of play (as a way of acting and interacting) among the Inuit of the Iglulik region in the Eastern Canadian Arctic. It examines diachronically various games practiced by the Iglulingmiut (including both children and adults), in order to identify continuities and changes in the forms of play developed in Iglulingmiut society before and after historical ruptures such as the conversion to Christianity and especially, the transition from a semi-nomadic life based on hunting to a settled life characterized by integration to the wider market economy. Observing that many descriptions made by the explorers and the ethnographers of the nineteenth and early twentieth centuries emphasized the importance of ludic practices in the everyday life of the Inuit groups met in this part of the Canadian Arctic, this research further reflects on the significance of play among the Iglulingmiut, both in socialization processes and in ritual gatherings serving to ensure the reproduction of the group or the cohesion and continuity of the « community », from semi-nomadic times until today.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.