Les cosmétiques dans le monde "palatial" égéen de l'Âge du Bronze

par Caroline Zaitoun (Zaïtoun)

Thèse de doctorat en Histoire et archéologie des mondes anciens

Sous la direction de Pierre Carlier.

Le président du jury était Gilles Touchais.

Le jury était composé de Pierre Carlier, Gilles Touchais, John Bennet, Philippe Walter, Agnès Rouveret.

Les rapporteurs étaient Gilles Touchais, John Bennet.


  • Résumé

    L’étude sur les cosmétiques égéens de l’Âge du Bronze traite de produits très périssables et fugaces, onguents et fards, dans un contexte ancien très particulier, celui de la période palatiale minoenne et mycénienne. L’acception des « cosmétiques » est large, englobant toutes sortes de préparations à appliquer ou à ajouter au corps pour en améliorer l’aspect, la condition et le rendre agréable. Les matières cosmétiques forment la base du travail. Les ingrédients simples sont d’abord inventoriés et font l’objet d’une analyse développée. Nous tentons ensuite de déterminer leur place et leur parcours dans un processus de production, contrôlé par les édifices monumentaux des grands centres urbains, désignés habituellement comme « palais ». Ceux-ci ont joué un rôle majeur dans une industrie particulièrement centralisée. Nous tentons de reconstituer des recettes diverses, une organisation de la production et un système de gestion administrative de ce secteur économique. La documentation textuelle (tablettes de comptabilité inscrites dans l’écriture mycénienne), archéologique et iconographique suggère d’importants usages cultuels et des préparations liturgiques, comparables à ceux des civilisations contemporaines du Proche-Orient. Mais plus généralement, l’approche, comparatiste et diachronique, s’appuie sur les divers savoirs dans le domaine cosmétique, ceux de l’Antiquité et d’autres périodes.

  • Titre traduit

    Cosmetics in the Aegean "Palatial" World


  • Résumé

    The study about aegean cosmetics in the Bronze Age deals with very perishable and fugacious products, unguents and make-up, in an ancient and very peculiar context, that of the minoan and mycenaean palatial period. We give a wide definition to the term « cosmetics », which include every kind of preparations to apply or to add to the body, for its embellishment, the improvement of its condition and for making it pleasant. Cosmetic materials form the base of the work. The simple ingredient are first recorded and fully analysed. After that, we try to determine their place and their course, in a production procès, controlled by monumental buildings of the large urban centers, usually called « palaces ». The latter played an important role in a specially centralised industry. We try to reconstruct various recipes, an organisation of the production and a system of administrative management of this economical sector. The textual documentation (tablets of accounts in the mycenaean writing), as the archaeological and iconographical ones suggest important cultual uses and liturgical preparations, comparable to those of contemporaneous civilisations of the Near East. But more generally, the approach, comparative and diachronic, leans on the various knowledges in the field of cosmetics, those of Antiquity and of other periods.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.