Entre village et chantiers : circulation des travailleurs, clientélisme et politisation des basses castes en Andhra Pradesh, Inde

par David Picherit

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Gilles Tarabout.

Le président du jury était Jean-Luc Racine.

Le jury était composé de Gilles Tarabout, Jean-Luc Racine, Geert de Neve, Djallal G-Heuzé, Olivier Herrenschmidt, Isabelle Guérin.

Les rapporteurs étaient Geert de Neve, Djallal G-Heuzé.


  • Résumé

    A partir d’une ethnographie de la circulation des travailleurs manuels originaires d’un village du Télangana, en Andhra Pradesh, cette recherche explore les mondes sociaux, politiques et économiques des travailleurs migrants en Inde, les dynamiques et le quotidien des rapports sociaux intercastes et interclasses. Basée sur un terrain mené tant sur les espaces de travail et de vie (en zone rurale et urbaine, dans le secteur de la construction) qu’au village, cette étude contribue aux débats sur la transformation des relations de travail par l’analyse de l’asservissement pour dettes, de l’emploi journalier, du patronage, de la médiation et de l’ascension des basses castes. L’examen des contextes sociaux et culturels des expériences du travail et de la migration, des liens de caste et de classe, du labeur, de la dette, de la confiance et des manières de résister et de dominer fournit matière à une critique de la scission théorique entre travail libre et non libre, au profit d’un continuum des formes de travail et de migration, basé sur des dépendances multiples et gradées. Cette approche rend ainsi compte des micro-hiérarchies et des rapports à la mobilité sociale et à l’autorité. Cette recherche s’intéresse ensuite aux dimensions politiques et sociales du retour des travailleurs migrants et à leurs quêtes de dépendances et de protections, multiples et temporaires, au village. Le quotidien des rapports de pouvoir et des relations intercastes et interclasses est examiné à partir des pratiques et des discours d’un intermédiaire politique, des contestations publiques et de la camaraderie en état d’ébriété, des espoirs de mobilité sociale des jeunes migrants scolarisés, et lors d’un conflit politico-religieux. L’étude des logiques de domination, d’acceptation et de résistance des travailleurs exprimées dans les luttes pour l’accès aux ressources du village contrôlées par les dominants (parti politique, crédit, programmes de développement gouvernementaux et ONG) montre de quelles manières s’entremêlent la politisation des basses castes et la recomposition des rapports de clientélisme au village.

  • Titre traduit

    Between villages and working sites : circulation of labourers, clientelism and politicisation of law castes in Andhra Pradesh, India


  • Résumé

    Based on a detailed ethnography of circulation of labourers, originated from a village of Telangana (Andhra Pradesh) and employed in rural and urban construction work, this thesis explores the social, political and economical worlds of labour migrants and the dynamics and everydayness of intercastes and classes relationships. Through a fieldwork carried out on both spaces of work and life at the destination places and village setting, this research contributes to debates on the transformation of labour relations in contemporary India by examining issues such as bonded labour, daily wage work, patron-client relations, mediation and low-caste ascendancy. The study of social and cultural contexts of labour and migration experiences, toil, debt, recruitment, trust and modes of resistance and domination brings material for a critic of theoretical divide between free and unfree labour. It shows how an approach through the continuum of labour and migration forms gives a better account of micro-hierarchies, dependency, social mobility and authority. This research then explores the social and political dimensions of the return of migrants and their quest for multiple and temporary protection and dependency taking place in the village. The everydayness of power relationships and the reinvestment of migrants into village activities are examined through the practices and discourses of a political intermediary, the public contestation and friendship after alcohol consumption, the aspirations of rural youth and political-religious conflicts. This sheds new light on the logics of acceptation, domination and resistance around access to local resources (development programs, NGO’s, political parties) cornered by dominant groups and on the overlapping of the politicisation of low-caste and of the reconstruction of patronage in the village.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.