Le problème de la définition des entités linguistiques chez Ferdinand de Saussure

par Estanislao Sofia

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Michel Arrivé et de Jean Giot.


  • Résumé

    La question qui est au cœur de cette thèse peut donc être formulée d’une manière apparemment simple, à savoir : si la langue est un système, quels sont les éléments qui la constituent ? Cette simplicité n’est pourtant qu’apparente, et dissimule, en réalité, une grande complexité. Une réponse acceptable à cette question consisterait en effet non simplement en une affirmation qui précise, par exemple, que les éléments du système Langue sont tels et tels. Elle devrait comporter, également, une explication de leur mode (ou leurs modes) d’interaction, une formulation de leurs lois, une définition de leurs propriétés intrinsèques et de leurs caractéristiques communes, bref une explicitation de tout ce qui justifie que l’on soit autorisé à parler d’« éléments » faisant partie d’un « système » (en l’occurrence, d’une langue), et d’un « système » composé de ce(s) type(s) d’« éléments ». La description d’un élément équivaut – c’est Saussure qui l’a enseigné – à une description du système auquel cet élément participe, c’est-à-dire à une détermination des (types de) rapports qui relient les éléments entre eux. De ce point de vue, la question de savoir quelles sont les entités qui composent le système Langue est une problématique qui porte de manière directe sur la notion de « système Langue », tout court, tel que Saussure le concevait. Cette thèse comporte trois parties. La première, consacrée à la notion de « système », essaye de montrer qu’il existe chez Saussure des variations, et qu’il est possible de dégager au moins deux configuration nettement différentes (l’une nommée par Saussure « système d’oppositions », l’autre « système » ou « mécanisme », ou encore « organisme grammatical »). La deuxième partie, consacrée à la notion de « valeur », tente de montrer qu’il est possible de trouver, chez Saussure, au moins deux configurations différentes. L’une suivant une voie purement négative et différentielle, l’autre, plus complexe, comportant des éléments non réductibles à des différences pures. Notre hypothèse a été que ces configurations théoriques distinctes sont issues, chez Saussure, du traitement de problématiques différentes, comportant des éléments définissables, par conséquent, de manière différente : d’un côté, des « phonèmes » ; de l’autre, des « signes », en tant qu’entités « doubles », composées d’un signifiant et d’un signifié.

  • Titre traduit

    On definition problem of linguistics units in Ferdinand de Saussure


  • Résumé

    The question this essay seeks to answer can be formulated in a seemingly simple manner, namely: if language is a “system”, what elements are its constituents? This simplicity, however, is fallacious and hides a deep intricacy. An acceptable answer to this question would in fact not simply lie in an affirmation which states, for example, that elements of ‘Language’ system are such: it should also incorporate an explanation of how these elements interact, a definition of their intrinsic properties and some precision about their common characteristics. An explanation of all that permits one to invoke the notion of “elements” as part of a “system”, and about a "system" composed of that kind of “elements”. The description of an “element” is strictly equivalent – as Saussure taught – to a description of the system in which this element is involved, that is to a determination of (types of) relationships linking system’s elements. Viewed in this light, the question about what are the entities involved in language system is an issue that bears directly and simply on the Language system’s concept, as Saussure conceived. This thesis has three parts. The first one, devoted to Saussurean concept of “system”, attempts to show that there are variations in Saussure’s development, and that is possible to identify at least two different configurations (one appointed by Saussure “system of oppositions”, the other called “grammatical system”). The second part, devoted to the concept of “value”, tries to show that it is possible to find, in Saussure’s manuscript, at least two different configurations of this concept. One of them would be coherent with purely negative and differential criteria. The other, more complex, would involve elements not able to be reduced to ‘pure differential’ criteria. Our hypothesis (developed in the third part) is to stand that these patterns were developed by Saussure from treatment of different issues, including, consequently, elements definable in different ways: on one hand, "phonemes"; on the other, “signs”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (452 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 424-452. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 09 PA10-087
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.