L'espace, les hommes et la frontière : les missionnaires du Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIe siècle

par Amaia Cabranes

Thèse de doctorat en Histoire des mondes modernes

Sous la direction de Pierre Ragon.

Le président du jury était Jean-Michel Sallmann.

Le jury était composé de Pierre Ragon, Jean-Michel Sallmann, Oscar Mazín, Bernard Lavallé, Thomas Calvo.

Les rapporteurs étaient Oscar Mazín, Bernard Lavallé.


  • Résumé

    Au XVIIe siècle l’avancement conquérant des Espagnols se heurta au nord de la Nouvelle-Espagne à la résistance des terres et des hommes. Les vastes espaces septentrionaux se consolidèrent alors comme des régions de frontière : les plus lointaines étaient à peine explorées, celles situées plus près des centres de colonisation furent progressivement, mais de manière précaire, intégrées à la monarchie. Au cours du siècle, les missionnaires, notamment franciscains et jésuites, jouèrent un rôle très actif dans le processus d’appropriation de ces marges : en tant qu’explorateurs, évangélisateurs et colonisateurs au service du roi, ils s’insérèrent graduellement dans les espaces du septentrion. Tout d’abord, il fut nécessaire d’imaginer les contrées qui restaient inconnues – la Californie, le Nouveau Mexique : à partir d’une amalgame de mythes et de savoirs à la double origine, européenne et indienne, les religieux dressèrent des cartes et des rapports représentant ces régions convoitées. Avec le passage du temps, la composante américaine desdites représentations s’accentua. Parallèlement, pendant le processus d'incorporation de la Nouvelle-Biscaye, la Compagnie de Jésus y articula un réseau de missions afin de christianiser-« civiliser » les populations et d’occuper les territoires toujours réfractaires à la conquête. Les religieux durent ainsi adapter leurs stratégies d’appropriation aux caractéristiques de l’espace. Enfin, les frontières du Nord génèrent des conditions de vie difficiles pour les missionnaires qui furent parfois découragés de leur travail et conduits vers des comportements peu orthodoxes du point de vue religieux.

  • Titre traduit

    Territories, men and frontiers : missionaries in the north of new spain in the XVIIth century


  • Résumé

    In the XVIIth century, the conquering advance of Spaniards was met by resistance from territories and men in the north of New Spain. The vast septentrional reaches were then consolidated as frontier regions, as the most remote areas were barely explored, while regions located closer to settlement centers were progressively, yet precariously, integrated to monarchy. In the course of the century, missionaries, especially Franciscans and Jesuits, played a very active role in the appropriation process of border regions. As explorers, evangelists and colonizers for the King of Spain, they gradually settled in the septentrional regions. At first, it was necessary to imagine unknown reaches: California, New Mexico. Picking from a set of myths and knowledge with a dual – European and Native American – origin, the priests drew up maps and reports of the coveted areas. As time passed, representations showed increased American influence. In parallel, as integration of New Biscay progressed, the Company of Jesus articulated a network of missions with the objective to christianize – “civilize” – populations and occupy the territories that resisted conquest. The missionaries had to adapt their appropriation strategies to land characteristics. Finally, missionaries had to face difficult life conditions at the northern frontiers, and were at times disheartened in their work and lapsed into rather unorthodox behaviors from a religious point of view.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.