Evaluation des risques de crédits et concurrence : analyse de l'impact du credit scoring et de la titrisation sur les stratégies des banques

par Jung-Hyun Ahn

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Laurence Scialom.

Soutenue le 09-06-2009

à Paris 10, dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre).

Le président du jury était Jean Cartelier.

Le jury était composé de Jean Cartelier, Bruno Parigi, Jean-Charles Rochet, Regis Breton, Antoine Martin, Laurence Sciaom.

Les rapporteurs étaient Bruno Parigi, Jean-Charles Rochet.


  • Résumé

    Cette thèse s’intéresse à deux innovations financières majeures intervenues dans le secteur bancaire au cours des dernières décennies: la titrisation et le credit scoring. Plus particulièrement, nous proposons trois analyses théoriques portant sur i) le lien entre la généralisation de l’emploi de ces outils et l’intensification de la concurrence bancaire ; ii) l’impact de l’utilisation de ces outils sur la fonction de production d’information des banques (le monitoring et le screening). Les principaux résultats de ces travaux sont les suivants : 1) Le principe de concurrence ne garantit pas l’adoption de la technologie la plus efficiente lorsque deux banques différenciées suivant leur technologie d’octroi de crédit, relation de prêt ou credit scoring, se font une double concurrence à la fois sur le marché du crédit et sur le marché des dépôts ; 2) Les banques peuvent utiliser la cession de prêts afin de ne pas révéler l’information privée qu’elles ont pu collecter sur leurs clients au travers de la relation clientèle lorsque la détention d’informations privées est susceptible de procurer un avantage concurrentiel futur dans le contexte d’une concurrence intertemporelle ; 3) La titrisation peut être mobilisée de manière stratégique en vue d’atténuer la concurrence sur le marché du crédit. Plus précisément, la titrisation peut être employée par une banque comme un moyen de signaler à ses concurrents qu'elle va diminuer l'intensité de son monitoring afin d'atténuer le problème de sélection adverse qui se pose à eux. Ce faisant, les banques parviennent à augmenter leur profit d’ensemble, mais au détriment de l’efficience du marché.

  • Titre traduit

    Credit Risk evaluation and competition : analysis on the impact of credit scoring and securitization on banks' the stategy


  • Résumé

    This thesis focuses on two major financial innovations that have taken place during the last decades in the banking sector: securitization and credit scoring. More specifically, we develop three theoretical analyses on the relationship between intensification in banking competition and the increasing use of these tools on the one hand, and the impact of such use on the banks' information production function (namely screening and monitoring) on the other hand. The main results of the analyses are the following. Firstly, greater competition does not warrant the choice of the most efficient technology when two banks differentiated by their loan granting technology, the one being based on the classical relationship lending and the other on credit scoring, compete for deposits as well as for loans (double banking competition). Secondly, banks can resort to loan sales markets in order to avoid revealing the private information they have collected about their clients during the lending relationship when private information provides a competitive advantage in the future competition. Thirdly, securitization can be used as a strategic tool to soften loan market competition. More precisely, banks can use securitization as a tool to signal their intention to lower the intensity of their monitoring, in order to reduce the problem of adverse selection to their competitors. Although it can make banks collectively better off by increasing overall profit, this result is achieved to the detriment of the overall loan market efficiency.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.