Architecture des connaissants : Penser Le Corbusier avec Nietzsche

par Stephen Griek

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Jean-Louis Cohen et de Riccardo Mariani.

Soutenue en 2009

à Paris 8 en cotutelle avec l'Institut d'architecture de l'université de Genève .


  • Résumé

    What does Nietzsche mean by “Architecture for the perceptive” ? As an ambassador of the modernist pretensions to rupture, Le Corbusier has to be compared to Nietzsche who, because of his violent criticism of the modern ideas and passion for truth, is the incarnation of rupture in the history of Western ideas. This leads to the study of the appearing ambivalences in this comparative lecture of the two thinkers. The fundamental critique of the metaphysical concept of truth aims at giving an access to Nietzsche’s hypothesis of will for power for the theory of architecture and at a new perspective on his concept of metaphysic of the art. Instrumentalised with Nietzsche, the work of Le Corbusier appears as the dawn of a more immanent relation to its context, its social conditions. The synthesis of the arts announces a conception of art on a higher level opposing a more primitive will, more profound, more metaphysical to the reactive forces of modern culture triumphing by a will to see the true, the real, the essential being representing only a replica of the apparent world. The instinct of art and the will of truth are synthesised as will for power which is nothing but the will to seem, to appear as an illusion, to mislead and to become everlastingly. Under the realm of will for power, architecture is understood as a tragic art of man finding his salvation exclusively by simplifying the world. At the extreme end of the nihilist path, Western culture leads to an architecture for the perceptive which refuses the compromise with the anthropomorphic essence of knowledge, an architecture seen as “illusions of illusionists”.

  • Titre traduit

    Architecture for the perspective : to think Le Corbusier witn Nietzsche


  • Résumé

    Qu’entend Nietzsche par "Architecture de ceux qui cherchent la connaissance" ? Si Le Corbusier, en tant qu'ambassadeur d'une modernité en rupture, attribue à l'architecture un rôle central dans la transformation des sociétés modernes, il se retrouve également confronté à Nietzsche qui incarne comme nul autre la rupture dans l'histoire des idées. Pourtant, Nietzsche occupe cette place tout en étant le plus grand critique des idées modernes, d'où les nombreuses ambiguïtés que soule��ve cette lecture comparative des deux artistes. En pensant Le Corbusier avec Nietzsche, nous entendons rendre accessible l'hypothèse nietzschéenne de la volonté de puissance pour l'architecture et ouvrir une perspective vers une "métaphysique de l’art" par la reconnaissance de l'essence anthropomorphique du concept de vérité. Instrumentalisée le philosophe, l'œuvre de l'architecte se lit désormais comme l'aurore d'un rapport plus immanent à son contexte en tant que "phénomène social". La synthèse des arts annonce "une conception supérieure de l'art" qui oppose une volonté plus primitive, plus profonde, plus métaphysique aux forces réactives de la culture moderne qui triomphent sous la forme d’une volonté de voir le vrai, la réalité, l'être n'étant qu'une réplique du monde "apparent". L'instinct de l'art et la volonté de vérité se synthétisent dans une volonté de puissance affirmative qui n'est plus que volonté de paraître, de faire illusion, de tromper et de devenir éternellement. En marchant sous le joug de la volonté de puissance, l'architecture se comprend comme un art tragique de l'homme qui ne trouve son salut que dans la simplification du monde. Au bout du nihilisme, nous attend une architecture des connaissants qui assume le caractère anthropomorphique de toute forme de connaissance, une architecture générant les "images de l’imagier".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (371 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.347-366. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2858
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.