Marges philosophiques de l'enseignement dans la crise contemporaine de l'épistémè

par Flavia Conte

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Dany-Robert Dufour.

Soutenue en 2009

à Paris 8 .


  • Résumé

    La thèse interroge la spécificité du langage de l'enseignement vis à vis d'autres régimes discursifs et aborde la question de la responsabilité philosophique par rapport à la légitimation de la transmission éducative du savoir. L'hypothèse de l'analyse suppose que dans la constitution du lien qui historiquement se tisse entre savoir et enseignement, le rôle conceptuel et symbolique de la philosophie – dès son apparition grecque – est et reste fondamental. Si l'on accepte l'idée que c'est à partir du logos philosophique que le problème de l'enseignement commence à constituer le facteur qualifiant de la critique de la culture, alors le système d'énonciation que la philosophie met au jour, aussi bien à sa naissance qu'à son déclin, conditionne largement la portée et la forme de la pragmatique de la transmission du savoir. La crise contemporaine de la philosophie dont le "postmoderne" trace l'horizon culturel le plus général, est aussi la crise de l'enseignement parce qu'il met en discussion l'ordre symbolique de la légitimation épistémique qui l'institue. Il s'agit de se demander – et c'est l'enjeu de la thèse – si le déclin de la forme démonstrative, apophantique et dénotative du savoir et la montée de la performativité auto-référentielle, si typique des langages postmodernes dominés par la déconstruction de toute espèce d'ordre théorique, ne sont pas aussi les signes d'une destitution inévitable de la parole enseignante.

  • Titre traduit

    ˜ œPhilosophicals margins of teaching in the contemporary crisis of epistemical knowledge


  • Résumé

    This thesis intends to study the specificity of teaching language by contrast with other types of speech and faces the question of philosophical responsability regarding to the legitimation of the educational transmission of knowledge. Our main hypothesis implies that the conceptual and symbolical part played by philosophy in order to establish the bond that historically ties teaching and knowledge – since its first greek coming out – is still remaining essential. If we agree with the idea that since the apparition of philosophical logos, the teaching question starts being the relevant factor which allows a culture of criticism, it means the enunciative system produced by philosophy, at its birth as well as at its fall, will fully appoint the pragmatic reaching effect of knowledge transmission. The contemporary crisis of philosophy, the cultural background main lines of which are designed by the “postmodern”, is at the same time a teaching crisis, as far as the argument involves the symbolical order of the epistemical legitimation that founds teaching. The question is wether – that’s where the thesis is at stake – the fall of the demonstrative, apofantical and denotative form of knowledge and the contemporaneous rise of autoreferent performativity, – a typical phenomenon of postmodern languages ruled by the deconstruction of any theorical order–, may be also considered as the signs of an inevitable destitution of the teaching speech.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (592 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.571-592

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2795
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.