Le Promeneur dans le jardin : de la promenade considérée comme acte esthétique : Regard sur les jardins de Versailles

par Catherine Szántó

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Jean-Pierre Le Dantec.

Soutenue en 2009

à Paris 8 .


  • Résumé

    De nombreux chercheurs ont récemment reconnu liimportance du mouvement pour étudier les usages des jardins. En effet le jardin n'existe pour ses visiteurs que dans la mesure où ils l'ont découvert, parcouru, "vécu". C'est pourquoi la promenade comme mode d'expérience du jardin apparaît comme un thème de recherche essentiel pour comprendre l'expérience spatiale offerte par le jardin. Le jardin de Versailles, souvent considéré comme statique, a été dès l'origine un lieu de promenade très apprécié. L'analyse du jardin que je propose est basée d'une part sur des descriptions de promenade contemporaines à sa création sous Louis XIV, et d'autre part sur une analyse phénoménologique de l'expérience des formes spatiales, corroborée par les récents résultats de la recherche sur la perception. L'espace est compris non comme une chose vue qui se déroule à nos côtés, ni comme un réceptacle neutre pour nos mouvements, mais comme une constante invitation, comme un partenaire dans un dialogue qui prend ici la forme d'une promenade. La richesse du dialogue vient des choix complexes que l'espace propose au promeneur par ses formes qui s'offrent à la possibilité simultanée d'attitudes spatiales variées (en repos ici, en attente de. . . , en mouvement vers. . . ), à plusieurs échelles spatiales et temporelles. Ce travail pourrait être l'ébauche d’une théorie de l'"acte de la promenade", d'une "esthétique de la promenade". La promenade, comme la lecture, est un "acte de construction de sens", requérant la "compétence" du promeneur. La question est de comprendre ce que peut vouloir dire "structure de sens" dans le jardin, et ce que constitue sa "construction" au cours de la promenade.

  • Titre traduit

    The "Promeneur" in the garden : the walk as an aesthetic act : an experimental analysis of Versailles


  • Résumé

    Recently there has been a new awareness among garden historians of the importance of movement in shaping the experience of a garden. Indeed, the garden exists for its visitors only inasmuch as its spaces have been discovered, sensed, “lived”. The garden is the garden explored. Promenade – a leisurely walk with no other end than itself – is thus a privileged activity to study spatial experience. Despite historians' awareness of an itinerary through the gardens devised by Louis XIV himself, Versailles has hardly been studied as a place for promenade. In my thesis I look at the experiential potential of the gardens of Versailles by combining 17th century descriptions of promenades in the garden and a phenomenological description of spatial experience corroborated by recent physiological research on perception. Thus, our ability to move defines the structures of the spatio-temporal modes of „here” and „there”. Through the changes or continuity in specific sensory experiences that occur as we move, the garden offers the possibility for heightened experiences of ‘here’ – views, objects, spaces seen on axis - and ‘there’ – distant views and objects that appear reachable. But more subtly, the garden can accompany the transition from the fulfillment of being ‘here’ to the desire of going ‘there’ and thus enrich our motion itself. Space is here conceived not as a backdrop that we see as we move, but as an invitation to motion, as a spatial dialogue taking the shape of a promenade. The richness of this dialogue in Versailles comes from the complexity of the choices offered to the promeneur, allowing one to build through time a meaningful aesthetic experience of the garden.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (438 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.334-358

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2761

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/4259
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.