Migration cellulaire par instabilité corticale et disjonction cytosquelette-membrane

par Benoît Maugis

Thèse de doctorat en Interfaces Physique - Biologie

Sous la direction de François Amblard.

Soutenue en 2009

à Paris 7 .


  • Résumé

    La polymérisation d'actine fournit la force qui produit directement la motilité dans un grand nombre de cas, mais certaines observations suggèrent que la motilité amiboïde fasse appel à d'autres mécanismes. En utilisant le modèle d'Entamoeba histolytica, il avait été précédemment observé que ces cellules produisent des protrusions transitoires, nécessaires au mouvement. Des mutations affectant l'activité de la myosine et des molécules d'adhésion inhibent l'activité protrusive et la motilité (Coudrier et coll. , 2005). En nous appuyant sur ces observations, nous avons fait l'hypothèse que les mouvements amiboïdes d'Entamoeba histolytica sont contrôlés par une instabilité dynamique cyclique du cortex cellulaire : la membrane plasmique produit un bleb par détachement du cytosquelette cortical, sous l'action d'une pression interne due à la contraction acto-myosine, puis le cortex se reforme sous la surface du bleb. L'expansion initiale rapide (plus rapide que les vitesses maximales de polymérisation d'actine) et l'analogie avec des blebs apoptotiques produits par rupture protéolytique des liens cytosquelette-membrane, étaient des indications fortes que Entamoeba histolytica se déplace en émettant des blebs initialement dépourvus de cortex, que nous avons pu confirmer par microscopie de fluorescence sur des amibes dont l'actine-F était marquée. Expérimentalement, la formation des protrusions a été analysée en détails par vidéo-microscopie. Les protrusions se développent tout d'abord durant quelques centaines de millisecondes à d très hautes vitesses (jusqu'à quelques dizaines de μm/sec). Ensuite, leur expansion se poursuit avec une membrane ayant une forme localement sphérique et en l'absence d'organites intracellulaires dans la protrusion. A un stade ultérieur, le cortex d'actine basai disparaît et l'expansion qui s'ensuit s'accompagne d'un large flot d'organites intracellulaires. Les protrusions peuvent soit être rétractées, soit stabilisées. Le cycle de blebbing / stabilisation conduit à des mouvements cellulaires sans direction persistante, qui se poursuivent des heures durant. Nous présentons ici un modèle physique décrivant les paramètres de contrôle de cette instabilité dynamique. En utilisant la pression d'aspiration d'une micropipette, nous'pouvons produire des protrusions, et la géométrie contrôlée de l'expérience donne lieu à des événements protrusifs reproductibles, qui peuvent être décrits en détail par une modélisation quantitative appropriée. De telles instabilités corticales pourraient donc représenter une façon distincte de générer de la motilité cellulaire, pertinente entre autres dans un contexte d'invasion pathogène ou dans le cadre des mouvements de cellules immunitaires.

  • Titre traduit

    Membrane instability, blebbing, and amoeboid motility


  • Résumé

    Actin polymerization provides the force that directly drives cell motility in a large number of situations, but some observations suggest that amoeboid motions might rely on distinct mechanisms. Using the model of Entamoeba histolytica, we previously observed that these cells produce transient protrusions that are necessary for cell motions. Mutations affecting myosin activity and adhesion molecules inhibit the protrusive activity and cell motility (Coudrier et al. , 2005). Following on these observations, we postulated that ameboid motions of Entamoeba histolytica are controlled by a cyclic dynamic instability of the cell cortex: the plasma membrane produces a bleb by unbinding from the cortical cytoskeleton under the action of the internal pressure generated by acto-myosin contraction, and the actin cortex reassembles at the surface of the blebs. The fast initial expansion (faster than actjn polymerization) anc the analogy with apoptotic blebs produced by the proteolytic disruption of cytoskeleton-membrane links, was a strong indication that Entamoeba histolytica moves by projecting initially cytoskeleton-free blebs, which is confirmed by live fluorescence microscopy of stained F-actin. Experimentall) the protrusion formation has been analyzed in details by video-microscopy. Protrusions first expand during a few hundreds of milliseconds with very high velocities (up to a few tens of μm/s). Then, expansion goes on with locally spherical membrane shape and no intracellular vesicles. At a later stage the actin cortex collapses and further expansion appears to be powered by a larger flow with intracellular vesicles. Alternatively, protrusions can retract or get stabilized. The blebbing / stabilization cycle leads to random net cell motions sustained over hours. We present here a physical model that describes the control parameters of the dynamic instability. Using suction pressure of a micropipette, we are able to trigger protrusions, and controled geometry of the experiment gives rise to reproducible protrusive events, pretty well described by theoretical models. Such cortical instabilities may thus represent a distinct to generale cell motility, relevant for pathogen invasion and immune cell motions.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

Migration cellulaire par instabilité corticale et disjonction cytosquelette-membrane

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (164 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 155 Réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2009) 120
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.