Etude des mécanismes d'activation et d'inactivation du récepteur de la progestérone

par Isabelle Petit Topin

Thèse de doctorat en Structure, fonction et ingéniérie des protéines

Sous la direction de Marie-Edith Rafestin-Oblin et de Erin Gainer-Monange.

Soutenue en 2009

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Study of progesterone receptor activation and inactivation mechanisms


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La progestérone exerce principalement ses effets en se liant au récepteur de la progestérone (PR), un facteur de transcription qui appartient à la superfamille des récepteurs nucléaires. De nombreuses molécules, agonistes et antagonistes du PR, ont été synthétisées à des fins thérapeutiques, notamment pour la contraception sans œstrogène et le traitement des fibromes utérins. Néanmoins, ces composés manquent d'efficacité et/ou de sélectivité et ne sont pas satisfaisants pour les traitements à longs termes. La finalité de cette étude était de concevoir de nouvelles molécules progestative et anti-progestative. Dans ce but, nous avons résolu la structure cristallographique du domaine de liaison de l'hormone (LBD) du PR complexé au lévonorgestrel, un progestatif de synthèse dérivé de la testostérone. Nous avons également résolu la structure du LBD du PR complexé au RU486 et au CDB(VA)-2914, deux antagonistes qui ont en commun un substituant volumineux sur le cycle C du stéroïde et qui diffèrent au niveau du cycle D. Par une approche de mutagenèse dirigée et des tests de fonctionnalité du PR guidés par ces structures, nous avons 1) élucidé le mécanisme d'activation de PR par les progestatifs dérivés de la testostérone et de la progestérone en identifiant la Met909 comme étant le résidu crucial dans l'activation du PR, 2) identifié les substituants du lévonorgestrel responsables de son activité élevée, 3) caractérisé le mode de liaison au PR du RU486 et du CDB(VA)-2914 ainsi que celui des corépresseurs transcriptionnels et élucidé le processus d'inactivation du PR et 4) identifié les substituants modulateurs de l'activité des antagonistes RU486 et du CDB(VA)-2914. L'approche structurale que nous avons suivie a permis de proposer deux nouvelles molécules. La première, dérivée de la progestérone, peut être considérée comme un chef de file d'une nouvelle génération de progestatifs plus sélectifs. La seconde, dérivée également de la progestérone et conçue à partir de nos conclusions sur le mécanisme d'activation du PR par les progestatifs, correspond à un antagoniste dont le mécanisme d'action diffère totalement de celui des antagonistes tels que le RU486 et leCDB(VA)-2914.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (183 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 289 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2009) 21
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.