La communauté éthique : Georges Bataille et Jürgen Habermas

par Tatiana Vayzer

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l'image

Sous la direction de Christophe Bident et de Lew Dmitrievitsch Gudkov.

Soutenue en 2009

à Paris 7 .


  • Résumé

    Le travail sera consacré aux aspects éthiques de la communauté dans le projet de la communauté négative de Georges Bataille. Plus exactement, je place le projet de la communauté asociale et littéraire de Bataille dans le contexte de la critique de la rationalité communicative de Jûrgen Habermas qui propose son modèle éthique de la communauté positive de l'Etat démocratique moderne. Le philosophe français et le philosophe allemand sont absolument différents, presque non-comparables, mais d'autant plus est-il intéressant de les interroger sur les mêmes questions autour des notions de la communauté et de la communication éthiques. Cette polémique in absentia encore méconnue touche aux moments les plus douloureux de la conscience européenne traumatique de la période pendant suivant la Deuxième guerre mondiale: ceux de la communauté éthique, de l'autorité, de l'Absolu dans la structure de l'action sociale, de la conscience morale, de l' action communicationnelle, de l'altérité radicale, de la limite d'Autrui (post-métaphysique) ou des autrui (social). Ces deux conceptions ont le même but: prévenir le déroulement du totalitarisme en Europe et faire revenir à la culture européenne la voix effacée d'Autrui. Néanmoins, elles s'opposent dans les moyens de la réalisation de leur but ainsi que dans les présupposés de leur raisonnement.

  • Titre traduit

    The Ethical Community : Georges Bataille and Jûrgen Habermas


  • Résumé

    The dissertation is devoted to the community ethics in the project of the "negative community" of the French philosopher Georges Bataille and in the project of the "positive community" of the German philosopher Jürgen Habermas. More accurately, I will consider Bataille's project of an asocial and intellectual (imaginary) community in the light of Habermas' rationalist criticism proposing another ethical model of the positive community in the contemporary democratic State. The two philosophers are absolutely different, almost not-comparable, but it seems to me all the more interesting to ask them the same questions on the notions of community, communication, common etc. This polemics in absentia, being hardly known today, touches for ail that the extremely painful moments of the post-traumatic European conscience during and after the Second World War and namely: community ethics, authority, the Absolute in the structure of social action, moral conscience, communicative action, radical Otherness, the limits of the (transcendental, post-metaphysical) Other as well as of the (social) others and so on. Thus, the two conceptions have the same goal: to prevent a new totalitarianism in Europe and to return into the European culture the effaced voice of the Other. However, they are opposite to one another in a radical way in the means of the realisation of their projects as well as in the presupposition of their reasoning.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (100 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 200 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2009) 068

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11872
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.