La culture des tissus végétaux, de la seconde moitié du XIXe siècle au XXe siècle

par Sophie Jourdin

Thèse de doctorat en Epistémologie, histoire des sciences et techniques

Sous la direction de Stéphane Tirard.

Soutenue en 2009

à Paris 7 .


  • Résumé

    L'histoire de la culture des tissus végétaux de la seconde moitié du XIXe siècle au XXe siècle révèle l'évolution de nombreux aspects de la biologie et physiologie végétales en construction, pour comprendre comment on maîtrise les parties végétales, leurs besoins et leur capacité à survivre isolées en dehors de l'organisme et en conditions artificielles. Au-delà du travail historique sur le développement de ces cultures - aux Etats-Unis, en Allemagne et en France - la thèse est une étude épistémologique de l'évolution de la représentation des conceptions théoriques sur les potentialités de la cellule et ses limites. En outre, cette étude insiste sur le caractère très empirique de la mise au point de ces méthodes expérimentales. Nous mettons en évidence le fait que les cultures sont des objets d'étude tout en étant des instruments de cette recherche en biologie ; nous étudions aussi les liens très étroits avec la physiologie de la nutrition et de la division cellulaire, impliquant la question des hormones végétales et engageant le concept même de cellule. Cette histoire étant liée à la génétique, la biochimie, la cytologie, et après la seconde guerre mondiale, à la biologie moléculaire, l'étude des cultures cellulaires est une problématique originale pour étudier les transformations importantes de la biologie contemporaine.

  • Titre traduit

    Plant tissue culture, in the second half of the nineteenth century at the twentieth century


  • Résumé

    The history of the plant tissue culture in the second half of the XIXe century at the XXe century shows the evolution of many aspects of the evolution of plant biology and physiology, to understand how to control the vegetable parts, their needs and their capacity to survive isolated and in artificial conditions. Beyond an historical work on the development of these cultures - in the United States, in Germany and in France -the thesis is an epistemological study of the evolution of the representation of the theoretical conceptions on the potentialities of the cell and its limits. Moreover, this study insists on the very empirical character of the development of these experimental methods. We emphasize that the cultures are objects of study while being instruments of this research in biology; we study also the very close links with the physiology of the nutrition and the cellular division, implying the question of the vegetable hormones and engaging the concept of cell itself. This history being related to the genetics, biochemistry, cytology, and after the second world war, molecular biology, the study of the cellular cultures is an original problematic for studying the important transformations of contemporary biology.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (415 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 399 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2009)061

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11727
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.