La compréhension en psychanalyse : le modèle de la "Verständigung"

par Alexandrine Schniewind

Thèse de doctorat en Sexualités, Procréation et Périnatalité

Sous la direction de Jacques André.

Soutenue en 2009

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet la recherche du sens que le terme « compréhension » a en psychanalyse. Plus particulièrement, elle examine ce que signifie et implique l'hypothèse que l'analyste et l'analysant en situation de cure analytique ne se « comprennent pas » au sens habituel du terme. Cette hypothèse est étayée dans la «Première Partie» par une étude systématique d'un passage de l'Esquisse d'une psychologie scientifique (1895) de Freud dans lequel apparaît inopinément la notion de « Verständigung ». Une analyse terminologique de cette notion est entreprise et mène au résultat que « Verständigung » signifie en français le fait de « se faire comprendre ». A partir de ces résultats l'hypothèse est posée que le modèle de la « Verständigung » est paradigmatique pour la relation inhérente à la cure analytique et qu'une des caractéristiques majeure en est la dissymétrie. Une mise à l'épreuve théorique de cette hypothèse est entreprise à partir notamment des travaux de D. Widlöcher et de P. Fédida ainsi que du Journal Clinique de S. Ferenczi. La « Deuxième Partie » de la thèse fait évoluer le modèle de la « Verständigung» dans le champ des correspondances freudiennes. Le genre littéraire de la lettre est d'abord présenté sous un angle qui met particulièrement en évidence la part de présence et absence qu'il contient et implique. Une sélection réfléchie de sept correspondances freudiennes est ensuite examinée, l'accent étant mis sur les différentes formes de dissymétries qu'elles rendent manifeste. Le résultat de la recherchée menée est que le traitement freudien de la «Verständigung» dans l'Esquisse est un vecteur privilégié pour une modélisation du rapport analytique.

  • Titre traduit

    Understanding in psychoanalysis : the paradigm of « Verständigung »


  • Résumé

    This PhD-thesis has as its main object the meaning Understanding" bas in psychoanalysis. More precisely, it examines the meaning and the implications of the hypothesis that the analyst and the analyzed don't "understand" each other in the ordinary sense of the word. In "Part One" this hypothesis is supported by a systematic study of Freud's Entwurfeiner Psychologie" (1895) in which the German word "Verständigung" appears unexpectedly. A terminological analysis of "Verständigung' is undertaken, leading to the result that this word means "to make oneself be understood”. On the basis of these results the hypothesis is formulated that the« Freudian "Verständigung gives a good paradigm of the relationship between the analyst and the analyzed, its main characteristic being the dissymmetry. These results are confronted with contemporary secondary literature as represented by the D. Widlôcher et P. Fédida, as well as with the Clinical Diary of S. Ferenczi. "Part Two" of the PhD-thesis makes the paradigm of "Verständigung evolve in the field of Freudian correspondences. The literary genre of the letter is first examined with a special focus on its inherent part of ‘presence' and ‘absence'. A well-balanced selection of seven Freudian correspondences is then examined in great detail, with a special focus on the various fonns of dissymmetry they contain. As a result, the whole study shows that the Freudian "Verständigung" of the "Entwurf” is a privileged paradigm of the analytical relationship»

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (381 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Réf. p.360-370

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2009) 060

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11672
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.