Préparation de l’étalonnage et de la validation des mesures de salinité SMOS : de l’influence de la stratification verticale de la salinité

par Claire Hénocq

Thèse de doctorat en Sciences de l'environnement

Sous la direction de Jacqueline Boutin.

Soutenue en 2009

à Paris 6 .

  • Titre traduit

    Preparation of calibration and validation of SMOS salinity measurements : influence of vertical stratification of salinity


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L’objectif du satellite européen SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity), lancé le 02 novembre 2009, est de mesurer par radiométrie en bande L la salinité de surface des océans (SSS) et l’humidité des sols. Pour atteindre une précision de 0. 1 – 0. 2 pss sur des cartes de SSS moyennées sur 10 jours et sur 200 km x 200 km, une phase d’étalonnage et de validation des mesures doit être réalisée. Une des techniques retenues est la comparaison entre des salinités in situ, mesurées à plusieurs mètres de profondeur et les salinités SMOS, représentatives du premier centimètre sous la surface océanique. Cette différence de profondeur peut engendrer des biais de salinité importants, notamment en cas de fortes précipitations. Cette thèse, réalisée en collaboration avec le LOCEAN et ACRI-St se concentre sur la variabilité verticale de la salinité dans les 10 premiers mètres de la couche de surface océanique et ses conséquences pour la phase d’étalonnage/ validation de SMOS. Elle propose, à partir de mesures in situ, une description des différences verticales de salinité sur l’ensemble des zones océaniques tropicales (30°N – 30°S). Une étude statistique de la relation entre ces différences verticales et un paramètre de pluie, construit à partir des mesures satellitaires de taux de précipitation est également effectuée. Pour combler le manque de mesures in situ de salinité proche de la surface, j’ai également étudié la possibilité d’utiliser des modèles théoriques pour simuler les différences verticales de salinité en cas de pluie : le modèle de circulation océanique NEMO et le modèle unidimensionnel PWP ([Price et al. , 1986]) qui calcule la profondeur de la couche de mélange.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (234 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 133-140. 103 p. réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2009 453
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.