Physiopathologie moléculaire de canalopathies sodiques du muscle squelettique : conséquences biophysiques des mutations R1132Q et Q270K responsables respectivement de paralysie périodique hypokaliémique et de paramyotonie congénitale

par Thomas Carle

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Bertrand Fontaine et de Nacira Tabti.

Soutenue en 2009

à Paris 6 .


  • Résumé

    Parmi les canalopathies du muscle squelettique, dues à des mutations du canal Nav1. 4, on distingue 2 grands phénotypes cliniques : les Myotonies et les Paralysies Périodiques. Ce travail de thèse porte sur la physiopathologie moléculaire et le lien avec le phénotype des patients de ces canalopathies. Plus particulièrement, il consista à explorer les conséquences biophysiques de 2 mutations : la R1132Q (Paralysie Périodique Hypokaliémique ou HypoPP), et la Q270K (Paramyotonie Congénitale ou PC). Nos résultats montrent une augmentation de l’inactivation rapide et lente des canaux induite par la mutation R1132Q. Ces données reflètent l’importance de cette caractéristique commune à tous les mutants responsables d’HypoPP, mais ne permet pas d’établir le lien avec le phénotype. La mutation Q270K, localisée à proximité de la L266V, se différencie cliniquement par la présence de faiblesses musculaires, non présents pour l’autre mutant, en plus de la myotonie. Dans les 2 cas, l’inactivation rapide est modifiée de façon identique. En revanche, la mutation Q270K entraine également une diminution de l’inactivation lente, non retrouvée pour la L266V. On a testé l’action du froid sur 3 mutants responsables de PC (Q270K, S804F et T1313A). Le froid augmente l’inactivation lente des canaux sauvages et de façon plus ou moins importante celle des mutants. L’altération induite par les mutants est dynamique et fonction de la température, démontrant une relation directe entre la diminution de l’inactivation lente et les paralysies. Pour conclure, ce travail confirme l’hypothèse établie sur l’incrimination de l’inactivation rapide dans la myotonie et de l’inactivation lente dans les paralysies.

  • Titre traduit

    Molecular physiopathology of human skeletal muscle sodium channelopathies : biophysics consequences of the mutations R1132Q and Q270K respectively responsable of hypokaliemic periodic paralysis and congenital paramyotonia


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([153] f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 98-124. 341 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2009 374
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.