Photoactivation femtoseconde de deux nouvelles protéines de la famille des cryptochrome/photolyase, issues de l'algue verte Ostreococcus tauri : photocycle ultrarapide et état signalant de la photophobie du protozoaire Blepharisma japonicum

par Johanna Brazard

Thèse de doctorat en Chimie - Physique et chimie analytique

Sous la direction de Pascal Plaza.

Soutenue en 2009

à Paris 6 .


  • Résumé

    L’étude de la photoactivité de deux nouvelles flavoprotéines (OtPCF1 et OtCPF2) de l’algue verte Ostreococcus tauri, appartenant à la famille des cryptochromes et photolyases (CPF), a mis en évidence un transfert d’électron ultrarapide (OtCPF1 : 390 fs ; OtCPF2 : 590 fs) après excitation du chromophore flavine adénine dinucléotide (FAD) oxydée. Nous avons caractérisé un tryptophane comme donneur d’électron. Nous expliquons les étapes ultérieures par des transferts d’électron le long d’une chaîne de trois tryptophanes. Nous avons aussi analysé le transfert d’énergie au sein de OtCPF2. Des analyses par modélisation par homologie nous ont permis de rationaliser les résultats de spectroscopie transitoire ultrarapide. Le photocycle ultrarapide de OBIP - photorécepteur supposé du protozoaire cilié Blepharisma japonicum - a été expliqué par un modèle original impliquant un équilibre entre un état localement excité du chromophore (Oxyblépharismine) en interaction par liaison hydrogène avec un résidu proche et un état à transfert de charge intermoléculaire. Nous avons proposé que l’état signalant de la photophobie serait la forme déprotonée du chromophore.

  • Titre traduit

    Femtosecond photoactivation of two new proteins belonging to the cryptochrome/photolyase family, extracted from the green alga Ostreococcus tauri : ultrafast photocycle and signaling state of the photophobic response of the protozoan Blepharisma japonicum


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (335 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 317-335. 239 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2009 368
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.