La privacy à l'ère du numérique : une gestion par les tensions

par Bénédicte Rey

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Dominique Desjeux.


  • Résumé

    La diffusion aujourd'hui massive de l'informatique et la démocratisation des usages de l'Internet, de la téléphonie mobile, ou plus récemment d'autres objets communicants, génèrent une profusion de traces numériques gardant la mémoire des actions des usagers. Vanté par certains qui y voient l'opportunité d'améliorer la sécurité publique, la relation marchande ou encore leur propre confort par exemple, ce constat fait craindre à d'autres l'avènement d'une société de la surveillance érodant le sens du privé. Le présent travail s'interroge sur la notion de privacy à l'ère du numérique, et montre comment les changements technologiques, serviciels et d'usage mettent en tension l'acceptation traditionnelle de la privacy fondée sur des normes. Si les problèmes de privacy liés aux technologies de l'information et de la communication ne sont pas nés avec l'ère numérique comme le montre notre analyse socio-historique, des changements se produisent aujourd'hui qui durcissent les tensions expérimentées par les usagers, et questionnent les modalités de régulation pour y répondre. Un changement d'ampleur dans la quantité d'informations existante et dans l'accessibilité de celles-ci change la nature des risques en termes de privacy. Ceux-ci deviennent difficiles à anticiper, et ne se perçoivent bien souvent qu'au travers des problèmes de privacy, une fois ceux-ci révélés. L'analyse de micro-affaires ordinaires et de cas plus médiatisés intervenant dans différentes sphères d'usage montre que la réflexion en termes de privacy doit désormais s'orienter vers le développement de modalités de régulation complémentaires au dispositif normatif existant, modalités plus souples et appropriables par les individus.

  • Titre traduit

    Privacy in the digital era : a management through tensions


  • Résumé

    The massive diffusion of information technology and of the Internet, of the mobile phone and of other communicating technologies produce lots of digital traces which keep the memory of people's acts. Some see in these changes the opportunity to increase security, Customer relationship management or comfort in everyday life. But some other fear the advent of a surveillance society in which privacy would erode. We examine here what privacy in the digital age means, and how the technological changes, but also services and uses changes unhinge the traditional privacy acceptation based on norms. Privacy problems predate the digital era. But somme changes nowadays harden privacy problems and call into question the way these problems are responded to. The wide scope of digital information and its accessibility affects privacy risks, which become difficult to pre-empt. Crises analysis shows that privacy reflexion shall from now on go in for complementary ways that should be easygoing for people to use them.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (474 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 440-464

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11980
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.