Territoire et processus identitaires : le cas de la cité Pierre-Collinet à Meaux

par Sébastien Bouteix

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Alain Pierrot.

Le jury était composé de Alain Pierrot, Anne Raullin, Denys Cuche, Pierre Clanché.


  • Résumé

    Partant d'un questionnement sur l'institution scolaire définie à la fois comme instrument d'individualisation et d'identification à une culture nationale (cf. Gellner) et comme institution insérée localement, nous avons mené une enquête approfondie sur le rapport au territoire dans les processus de construction identitaire des jeunes vivant dans un quartier enclavé de la ville de Meaux, devenu progressivement un « ghetto malien ». Des entretiens ont été réalisés, pendant plusieurs années, dans différents contextes formels et informels, avec des interlocuteurs des deux sexes et de différentes générations (du collégien au retraité). Il en ressort que le rapport aux valeurs, aux traditions (pratiques langagières, hiérarchie des « castes », polygamie, etc. ) a été affecté par les transformations économiques (désindustrialisation) et sociales (départ des « blancs » de la cité Collinet et retour au pays des pères) et l'émergence de normes « délinquantes ». Le fonctionnement du stéréotype du « village soninké » dans les divers jeux de langage utilisés tant dans l'auto-catégorisation que dans l'hétéro-catégorisation, ainsi que les multiples symboles de réethnicisation mettent en évidence que la catégorisation identitaire est inséparable de l'enclavement territorial et prend des formes différentes en fonction du genre.

  • Titre traduit

    Territory and identity construction : the case of « cité Pierre-Collinet » in Meaux


  • Résumé

    Considering the school as an instrument of individualisation and promotion of a national culture (cf. Gellner) and a locally rooted institution, our research deals with the relations between the territory and the process of identity building for the youth living in the suburb of Meaux (around Paris) which has progressively become a "Malian ghetto". Interviews were conducted, during several years, in formal and informal contexts, with men and women from various generations (from students to retired people). Our main results suggest that traditional values and practices (language uses, hierarchy of "casts", polygamy) are affected by economic (deindustrialization) and social transformations (run away of the "Whites" out of "cite Collinet" and going home of retired fathers) and new young suburban deviant standards. Stereotypical image "Soninke village" used in the different "language-games" as a means of self-categorisation and hetero-categorisation, as well as in the multiple "re-ethnicisation" symbols are analysed. We can conclude that "re-ethnicisation" is directly bound to territorial enclosing and is differentiated according to gender.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (525 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 361-367

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11892
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.