Scarifications et féminité : Approche psychopathologique et psychanalytique

par Manuella De Luca

Thèse de doctorat en Psychopathologie

Sous la direction de Catherine Chabert.

Soutenue en 2009

à Paris 5 .


  • Résumé

    Les scarifications surviennent principalement chez les jeunes filles à l'adolescence ou en début d'âge adulte. Notre recherche a été menée sur une population de jeunes filles agées de 16 à 22 ans suivies ou hospitalisées en psychiatrie et ayant recours aux scarifications dont nous avons exploré le fonctionnement psychopathologique à partir de deux entretiens de recherche semi directifs. Nous avons comparé nos résutats à une population de femmes adultes et une autre de garçons de 18 à 30 ans. Nous avons démontré que les scarifications se rencontrent dans des organisations psychopathologiques diverses, sauf chez les garçons où il n'y a pas de fonctionnement névrotique. Le recours aux scarifications mobilise les pulsions partielles scoptique, de cruauté et d'emprise de manière transitoire comme étape vers l'intégration du primat du génital, figée dans un fonctionnement prégénital ou privilégié selon des aménagements pervers. La dynamique masochique est aussi fortement sollicitée dans la même configuration que les pulsions partielles et comme support narcissique. Le scarifications sont porteuses d'une dimension trophique puisqu'en mobilisant le masochisme féminin elles particiepnt à l'intégration du féminin. A l'inverse pour d'autres sujets elles sont plus délétères dans l'exhibition des scarifications et des cicatrices. Les scarifications permettent un renforcement narcissique, une meilleure différenciation des limites et une figuration prémise à la symbolisation mais elles peuvent aussi engager le sujet dans une répétition stérile particulièrement délétère.

  • Titre traduit

    Self-cutting and feminity : psychopathological and psychoanalytical approach


  • Résumé

    Self-cutting arise mainly at the girl's in the adolescence or in the beginning of adulthood. Our search was led on a population of girls from 16 to 22 years old followed or hospitalized in psychiatry and having appeal to self-cutting psychopathological functioning of which we investigated from two research interviews. We compared our result to a population of grown-up women and other one of boys from 18 to 30 years old. We demonstrated that self-cutting meet in diverse psychopathological organizations, except at the boys where there is no neurotic functioning. Self-cutting mobilizes the partial functioning even privileged according to perverse developments. The masochistic dynamics is also strongly sought in the same configuration as the partial drives and as narcissistic support. Self-cutting are carriers of a positive dimension by mobilizing the feminine masochism and participating in the integration of the feminity. On the contrary for the order subjects they are noxious in a preservation of a quite powerful bisexuality even of phallic overinvestment in the exhibition of the self-cutting and the scars. Self-cutting allows a narcissistic intensification, a better differenciation of the limits and the beginning of symbolization but they can also put the subject in a particulary noxious sterile repetition.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (569 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p 556-567. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de psychologie Henri Piéron (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Service commun de documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.