À la croisée de la psychanalyse de l'enfant et l'art aujourd'hui : originaire, créativité, création

par Jeanne-Gabrielle Lardeau-Pourrinet

Thèse de doctorat en Psychologie Clinique et Psychopathologie

Sous la direction de François Marty.

Soutenue en 2009

à Paris 5 .


  • Résumé

    Cette recherche s'articule autour de deux grands concepts : d'une part la sublimation telle que Freud l'a élaborée, d'autre part la position dépressive avec Melanie Klein. La sublimation implique un changement d'objet et de but de la pulsion et une reconnaissance sociale. La position dépressive suppose que les objets partiels soient rassemblés en un objet total à la fois bon et mauvais, aimé et haï, que soient ressenties la tristesse et la culpabilité d'avoir risqué de le détruire. Ces deux grands concepts renvoient à des préoccupations actuelles : l'individualisme narcissique, la destructivité de certaines performances artistiques. Quelques exemples cliniques soulignent nos hypothèses. Nous étudions ensuite la psychothérapie psychanalytique, sur une durée de sept ans, d'une enfant dont nous avons appris au cours de la troisième année du travail, l'atteinte par une maladie génétique. Les difficultés de structuration identitaire chez l'enfant nous amènent à travailler aujourd'hui avec lui des niveaux plus fondamentaux et sollicitent notre capacité à les transformer dans un but de subjectivation. Parallèlement, nous étudions aussi l'œuvre d'un jeune artiste sur cinq ans, celui-ci allie l'installation et la vidéo, les images et le son pour créer un ensemble artistique. L'artiste qui sollicitait surtout autrefois le spectateur dans un registre d'affects et de représentations liées à son monde intérieur, lui demande souvent aujourd'hui sa participation dans une relation plus primaire, dans le passage d'une représentation concrète à une représentation symbolique.

  • Titre traduit

    At the Intersection of Art and Child Analysis Today : Primary narcissism, Creativity, Sublimation


  • Résumé

    This piece of work is structured around two major ideas: on the one hand, Freud's concept of « sublimation », and on the other, Melanie Klein's « depressive position ». Sublimation involves a broadening of one's libidinal investment in the primary object and results in social recognition. The depressive position asserts that the baby, within the limits of its physiological and emotional resources, can unite good and bad part-objects into a whole object which is both good and bad, loved and hated. This hypothesis is supported by clinical examples. One is of a seven year analytic therapy. The child's fragile identity has necessitated transforming work at the deepest level, towards individuation, with the aim of enabling the child to achieve emotional and mental coherence. In parallel, the author considers the five-year output of a young performance artist. Unlike traditional forms of art in which the emotions and internal images of artist and spectator resonate together, this artist's video installations engage the spectator in a more primitive, emotional transaction. So they can be felt, understood and transformed in the process of moving from concrete to symbolic representation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (231 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 216-225; Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de psychologie Henri Piéron (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Service commun de documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11830
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.