Prédication et propagande : rencontre de deux phénomènes pendant la guerre de Cent Ans

par Catherine Royer-Hemet (Royer)

Thèse de doctorat en Histoire médiévale anglaise

Sous la direction de Leo Martin Carruthers.

Soutenue le 21-11-2009

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) .

Le président du jury était Martine Yvernault.

Le jury était composé de Jean-Philippe Genet, Roy Martin Haines.


  • Résumé

    Prédication et propagande : à première vue, ces deux phénomènes n’étaient pas faits pour fonctionner de pair, surtout au Moyen Âge, alors que la prédication avait une activité intense et la propagande ne possédait pas encore d’identité lexicale intrinsèque. Ils parvinrent toutefois à se rencontrer de manière répétée, notamment pendant la guerre de Cent Ans, parce que le souverain, Édouard III, avait besoin de soutien pour ce qu’il appelait sa ‘juste cause’ ; ce soutien lui fut apporté par un grand nombre d’ecclésiastiques qui prièrent et firent prier pour lui.. Les sermons pro rege sont emblématiques de l’époque ainsi que de l’état d’esprit qui régnait alors : les maîtres de la parole, ainsi que l’on a parfois appelés, s’employaient à concilier, du mieux qu’ils pouvaient, les affaires du monde temporel avec celles du monde spirituel. C’était là une tâche ardue en raison des multiples devoirs que leur imposait leur charge pastorale mais le sermon, qui peut être considéré comme un moyen de communication, permettait de suivre les préceptes de Saint Augustin : enseigner, docere, plaire, delectare, mais aussi toucher, flectere, afin de remporter la victoire

  • Titre traduit

    Preaching and Propaganda : an encounter between two phenomena during the Hundred Years War


  • Résumé

    Preaching and propaganda : those two phenomena were not originally meant to work together, all the more so during the Middle Ages when the former was very active and the latter did not have a lexical identity of its own. However, they did manage to meet on a frequent basis at the beginning of the Hundred Years war, particularly in the pulpit via enthusiastic sermons preached by men who were trying to reconcile the affairs of the secular as well as the spiritual world. The pro rege sermons were devised according to the strict technical rules of the artes praedicandi of the times and preached by men of the cloth, faithful servants of the State who enthusiastically defended the king’s cause and explained how just his war was. They did so with the tools of their trade, that is the strength of the Sacra Scriptura, whose acute knowledge helped them find the relevant passages so as to convince their audiences. The preachers did their best to fulfil the fundamentals of their task : docere, delectare, flectere. This doctrinal three-faceted tenet was worth remembering in wartime : according to Saint Augustine, teaching is necessary, pleasing is agreeable but winning over is the most important element.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?