La fiction déjouée. La part du jeu dans l’écriture fictionnelle (1687-1781)

par Zeina Hakim

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jacques Berchtold et de Alain Grosrichard.

Le président du jury était Michel Delon.

Le jury était composé de Jacques Berchtold, Alain Grosrichard, Michel Delon, Jan Herman, Jonathan Mallinson, Frédéric Tinguely.


  • Résumé

    Cette étude porte sur les procédés narratifs et les dispositifs rhétoriques auxquels certains romanciers du XVIIIe siècle ont recours pour jouer avec les attentes de leurs lecteurs. En effet, ces auteurs ne cessent de revendiquer la véridicité de leurs textes et pourtant, simultanément, utilisent deux stratégies visant à forcer le lecteur à se distancer de ce qui lui est raconté: d’une part ils mettent en scène un arsenal de lieux communs si connus que le lecteur reconnaît ceux-ci comme des signaux de fictionnalité; d’autre part ils multiplient les indices empêchant de croire à la réalité des récits qu’ils relatent. Cette étude en tire un certain nombre de conséquences et propose quelques hypothèses théoriques pour rendre compte de cette poétique paradoxale du jeu. Elle en examine également les effets et les implications – principalement rapportés à la figure du lecteur – et interroge la notion, à première vue contradictoire, de ‘vérité de la fiction’.

  • Titre traduit

    The game of fiction. The role of play in eighteenth-century literature (1687–1781)


  • Résumé

    This dissertation analyzes the narrative devices and rhetorical techniques used by eighteenth-century novelists in order to play with the expectations of their readers. These authors present their fictional narratives as true accounts. At the same time, however, they use strategies that force the readers to distance themselves from what they read: on the one hand, these authors present a series of literary topoï, which are so familiar to the readers that they can only be taken as a sign of fictionality; and on the other hand, the authors give a series of clues that prevent the readers from believing what is said. This study examines the consequences of these procedures and offers several theoretical hypotheses in order to understand the paradoxical poetics of play. It questions the effects and the implications of this poetics on the reader and proposes the apparently contradictory concept of “fictional truth” as a way to think through the various notions of play in eighteenth-century fiction.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par Droz à Genève

Fictions déjouées : le récit en trompe-l'oeil au XVIIIe siècle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par Droz à Genève

Informations

  • Sous le titre : Fictions déjouées : le récit en trompe-l'oeil au XVIIIe siècle
  • Dans la collection : Bibliothèque des Lumières, vol. 80, 1660-5829
  • Détails : 1 vol. (312 p.)
  • ISBN : 978-2-600-01580-6
  • Annexes : Bibliogr. p. [265]-306. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.