Des secrets à l’œuvre : formes et enjeux romanesques du secret dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust

par Maya Lavault

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation française

Sous la direction de Antoine Compagnon.

Soutenue le 02-12-2009

à Paris 4, dans le cadre de Ecole doctorale de littératures françaises et comparées (Paris), en partenariat avec Littératures françaises du XXe siècle (équipe de recherche) .

Le président du jury était Bertrand Marchal.

Le jury était composé de Antoine Compagnon, Bertrand Marchal, Annick Bouillaguet, Jacques Dubois, Marc Escola.


  • Résumé

    Cette « enquête » sur le secret dans À la recherche du temps perdu s’attache à montrer que le secret, parce qu’il fonctionne comme une thématique romanesque engageant la structure même du récit, permet de saisir la tension, au sein de l’œuvre proustienne, entre une conception positiviste de la narration et du sens largement tributaire des modèles épistémologiques du XIXe siècle et sa mise en question, qui caractérise la production romanesque du XXe siècle. L’analyse des figures et des motifs récurrents du secret, en relation avec la fortune de la notion dans l’histoire des idées et des formes romanesques au tournant des XIXe et XXe siècles, montre que se développe dans la Recherche un imaginaire empreint à la fois d’une mythologie personnelle et de thématiques héritées du roman policier et du roman d’aventures. L’analyse des techniques narratives fournissant au roman sa structure énigmatique permet ensuite de dégager le « parcours herméneutique » proposé au lecteur sur les traces du héros-narrateur : sa dynamique, qui témoigne de l’émergence d’un paradigme indiciaire accompagnant le renouvellement des sciences humaines, est progressivement minée par l’émergence d’une autre logique, fondée sur l’indétermination du sens et la multiplicité des points de vue. Enfin, l’analyse de « l’entre-deux » générique et interprétatif montre que l’œuvre proustienne propose une expérience de lecture qui ouvre la voie à une conception de l’interprétation fondée sur la prise en compte des possibles mis en jeu par l’écriture fictionnelle.

  • Titre traduit

    The work of secrets : forms and fiction stakes of the secret in Marcel Proust’s À la recherche du temps perdu


  • Résumé

    This investigation about the secret in À la recherche du temps perdu attempts to show that the secret, as a fiction theme involving the very structure of the narrative, allows to seize the tense, within Proust’s work, between a positivist conception, both of the narration and of the meaning, broadly dependent upon the 19th century models of epistemology, and its questioning, which characterizes the fiction production of the 20th century. The analysis of figures and recurring patterns of the secret, related to the success of this notion in the history of ideas and novel writing forms at the turn of 19th and 20th centuries, shows that Proust’s imaginary world in la Recherche is marked by both his own myths and themes inherited from the detective and adventures novel. Then, the analysis of the narrative technique, which gives its enigmatic structure to the novel, makes it possible to identify the “hermeneutic journey” proposed to the reader in the footsteps of the hero-narrator: its dynamic, reflecting the emergence of an evidential paradigm accompanying the renewal of human sciences, is gradually undermined by the emergence of a different logic, based on the indeterminacy of meaning and the multiplicity of viewpoints. Lastly, the analysis of the generic and interpretative “entre-deux” shows that Proust’s work proposes an experience of reading which paves the way for a conception of interpretation based on the consideration of the textual virtualities involved by fictional writing.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.