La faim dans la littérature grecque jusqu’à Aristophane

par Amandine Poivre

Thèse de doctorat en Études grecques

Sous la direction de Paul Demont.

Soutenue en 2008

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) .


  • Résumé

    Ce travail étudie la faim sous l’angle de l’imaginaire collectif qu’elle suscite et celui de son esthétique dans les œuvres étudiées, d’Homère à Aristophane. Une étude sémantique initiale éclaire les sens des termes limos et peinè. Les œuvres de l’époque archaïque présentent une remarquable homogénéité de pensée, centrée sur la place de la faim dans le rapport que l’homme entretient avec les dieux et avec sa propre mortalité. La faim est une punition redoutée, d’origine divine, conçue de façon concrète comme une entité extérieure agressive qui attaque l’homme comme la cité et les envahit. L’unité se fait également autour de la thématique de la gaster, le ventre, métonymique de la faim qui symbolise la mortalité humaine et met l’homme en contact avec la sauvagerie. On peut parler d’une poétique du ventre : il y a un héroïsme de la faim dans l’Odyssée et dans les poèmes hésiodiques. Au Ve siècle, la conception de la faim se rationalise peu à peu, et la question anthropologique perd de son importance, au profit d’enjeux davantage liés aux contraintes génériques. Dans la comédie, la faim est matière à rire, à déplorer, à dénoncer certains comportements et à réfléchir sur le genre comique lui-même. La tragédie lui fait place en tant que manifestation pathétique du désordre propre au monde tragique. L’historiographie prête attention au rôle joué par la faim dans le déroulement des événements historiques. À travers tout le corpus étudié, le thème de la faim se distingue par sa fécondité métaphorique.

  • Titre traduit

    Hunger in Greek literature until Aristophanes


  • Résumé

    This work studies hunger in the light of collective imagination it arouses and its aesthetics in several studied works from Homer to Aristophanes. An initial semantic study enlightens the meanings of the words limos and peinè. Archaic works show a remarkable homogeneity of thought, focused on the position of hunger in the relationship between man and gods, and also between man and his own mortality. Hunger is a dread punishment, sent by gods, conceived in a concrete way as an external, aggressive entity attacking the men as well as the cities and invading them. Unity is also around the theme of gaster, belly, which is metonymic of hunger that symbolises human mortality and brings the men into contact with savagery. We can talk about a poetics of the belly : there is an heroism about hunger in the Odyssey and in the hesiodic poems. During the 5th century, the concept of hunger becomes more and more rational and the anthropological matter loses importance, whereas generic constraints come into the foreground. As far as comedy is concerned, hunger gives reasons to laugh, to lament, to denounce some behaviours and to think about the comic genre itself. Tragedy lets hunger appear as a pathetic display of the disorder which is peculiar to tragic world. Historiography pays attention to the part taken by hunger in the historical events. Through the whole studied corpus, the theme of hunger distinguishes itself by its metaphorical fertility.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (730 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 669-723. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 7298/1-2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11585
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.