Le temps dans la théologie d'Abhinavagupta

par David Dubois

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de François Chenet.

Soutenue en 2008

à Paris 4 .


  • Résumé

    Dans l'Inde ancienne, le temps est, plus qu'une simple notion, une véritable puissance. Face à elle, les philosophes ont choisi tantôt de l'utiliser pour atteindre une forme d'immortalité, tantôt de la transcender, voire de la comprendre comme une illusion dont un examen rationnel serait susceptible de venir à bout. Abhinavagupta, maître śivaïte du Xème siècle de notre ère, proposa une troisième voie, un chemin qui s'efforce de réaliser une véritable synthèse de l'immanentisme et du transcendantalisme. Cette philosophie dite de la Reconnaissance cherche à montrer par tous les moyens - rationnels ou autres - que le temps est une inflexion particulière de la conscience, comprise comme liberté absolue et capacité de se désirer, de se connaître et de se construire à sa guise. Ainsi les aspects les plus tragiques du Destin se dévoilent n'être, au terme du cheminement de reconnaissance de soi, qu'une création gratuite. Nous proposons ici une étude thématique axée sur le problème du rapport entre le Temps et l'Eternité, illustrée par de nombreuses références aux textes, et accompagnée par un choix d'extraits portant spécialement sur l'élaboration du concept de temps comme libre puissance.

  • Titre traduit

    Le temps dans la théologie d'Abhinavagupta


  • Résumé

    In ancient India, there was more to Time than would be expected in just an idea. It was truly a Power. In dealing with it, philosophers chose either to employ it for reaching any form of immortality, or to transcend it, or even to understand it as an illusion that could be explained away through rational examination. Abhinavagupta, a Śaiva master of the beginings of the first millenium offered a Third Way, a path shaped as a reconciliation and a realisation of a true synthesis of immanence and transcendence. This philosophy of Recognition endeavours to show by all means at hand - rational or otherwise - that Time is a particular inflexion of Awareness, understood as unbound, as a capacity to desire, to know and to build one's self by oneself. Thus the most dreadfull aspects of Destiny appear, at the end of the path of Recognition, as nothing but one's own free creation. We offer here a conceptual study centered on the problem of how to formulate the relationship between Time and Eternity, illustrated by many quotations from source-texts, and supplemented with a selection of extracts dealing specially with the construction of a concept of Time as free Power.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (666 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 642-659. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?