La représentation de l'Afrique dans l'écriture littéraire italienne de la seconde moitié du XXème siècle

par Colbert Akieudji

Thèse de doctorat en Etudes italiennes modernes et contemporaines

Sous la direction de Jean-Charles Vegliante.

Le président du jury était Philippe Daros.

Le jury était composé de Jean-Charles Vegliante, Philippe Daros, Isabelle Felici, Antonio Prete.


  • Résumé

    Dans les textes des écrivains italiens de la seconde moitié du XXe siècle, plusieurs éléments africains se détachent nettement. Cet ensemble de constituants physiques, humains, spatiaux et socioculturels est mis en forme à travers une multitude de procédés qui montrent d’une part une rhétorique particulière de l’expression de l’altérité et d’autre part un discours littéraire sur l’Afrique qui devient une réelle occasion de relecture et de réinterprétation des volumes de la "bibliothèque" des écrivains. Les images reflétées dans ces textes montrent un imaginaire italien sur l’Afrique caractérisé en majorité par des symboles de l’animalité, de l’obscurité et du déclin; d’où un souci de modernisation de l’image de l’Afrique chez les écrivains. Par ailleurs, c’est finalement l’Italie qui se regarde à travers le continent noir. Si l’on suppose une fonctionnalité de ce discours, on peut dire que les auteurs l’utilisent également pour revenir sur le passé colonial de leur pays, exprimer le drame de l’Afrique postcoloniale et dénoncer certains maux qui minent la société contemporaine. Une écriture autobiographique qui favorise la construction de l’identité individuelle des auteurs ainsi que celle collective de l’Italie, sans oublier le développement de la littérature et du cinéma. D’un côté, une étude diachronique montre que ce phénomène a considérablement évolué durant le XXe siècle italien, et ce à différents niveaux, de l’épitexte au traitement intratextuel de l’espace africain, le regard "pur" de l’époque contemporaine s’opposant aux visions coloniales de la période fasciste. D’un autre côté, une synchronie incluant des textes français amène à hypothiser une vision tout européenne du continent noir, bien que subsiste un regard propre à l’Italie, concernant la singularité du milieu africain. Finalement, l’on constate que les hétéro-images des écrivains italiens coïncident avec les auto-images des auteurs africains et que l’intérêt pour l’autre est réciproque entre les deux espaces.

  • Titre traduit

    Representation of Africa in Literary Italian writing of the second half of the 20th Century


  • Résumé

    In Italian writers’ texts of the second half of 20th Century, many African elements are particularly brought to light. This set of physical, human, spatial and socio-cultural constituents is textualized through a vast number of techniques which show on one hand a particular rhetoric of elsewhere expression and on the other hand that a literary discourse on Africa becomes a real opportunity to re-read and re-interpret the writers’ books. Images that are reflected in these texts show an Italian imaginary on Africa mostly characterized by primitive, mysterious and fall-oriented symbols, hence the worry to modernize the image of Africa by the writers. Therefore, Italy is finally seen through African continent. If one supposes the functionality of this discourse, one can say that the authors equally use it to dwell on the colonial past of their country, to express the tragedy of postcolonial Africa and to denounce some ills that damage the contemporary society. One has to do with an autobiographical writing that favors the construction of the authors’ individual identity as well as the collective identity of Italy, without leaving out the development of literature and cinema. On one side, a diachronic study shows that this phenomenon has considerably evolved during the Italian 20th Century, and this happens at various levels, from the epi-text to the intra-textual treatment of African space, the “pure” look of the contemporary epoch opposing itself to colonial visions of the fascist period. On the other side, a synchrony including French texts urges to set an hypothesis of a European vision of the African continent, although a look peculiar to Italy remains, concerning the singularity of the African milieu. Finally, one notices that hetero-images of Italian writers coincide with auto-images of African writers and that the interest to the other is reciprocal between the two spaces.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.