Le reflet de la langue parlée dans la presse écrite française et allemande

par Isabelle Friedl

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Irmtraud Behr.

Le président du jury était Anne Salazar Orvig.

Le jury était composé de Irmtraud Behr, Anne Salazar Orvig, Heinz-Helmut Lüger, Hervé Quintin.


  • Résumé

    Ce travail s’est donné comme but d’analyser un corpus de presse écrite constitué de sept titres allemands et de sept titres français datant de 2006, en vue de répertorier tous les phénomènes de langue de conception parlée [terminologie Koch-Oesterreicher 1985 et 1990, aussi: oralité] à l’intérieur de ce corpus et ce afin d’observer le degré de perméabilité des différents titres vis-à-vis de ces phénomènes et les normes scripturales journalistiques en vigueur dans les deux pays. Pour ce faire, il a été dressé un inventaire de catégories permettant de passer au peigne fin le corpus pour en recueillir, dans une banque de données, les phrases-tokens présentant au moins un trait de langue de CONCEPTION parlée- d‘oralité. Ces catégories servant de filtre ont été arrêtées suite à l‘élaboration, dans la première partie du travail, d‘une liste contenant les caractéristiques observables dans les langues orales, de conception parlée, des deux pays. Les résultats sont interprétés dans une optique tridimensionnelle: celle du cadre énonciatif, celle du contrat de communication et celle de l‘oralité fictive. Une analyse plus détaillée de chaque catégorie se trouve par ailleurs en annexes [annexes n° 1, tome II]. Il s‘avère alors que les magazines pour jeunes sont très réceptifs en matière de phénomènes d‘oralité et que la langue de la presse allemande y est plus ouverte que son correspondant français.

  • Titre traduit

    The reflection of spoken language in French and German print media


  • Résumé

    This paper has aimed to analyze a corpus of print media made of seven German and seven French 2006 newspapers and magazines in order to make an inventory of all those phenomena of spoken language [terminology by Koch-Oesterreicher 1985 and 1990, also: oral language] inside it so as to look at how pervious the different titles are vis-à-vis these phenomena and so as to judge about the journalistic norms currently ruling in both countries. To do so, the author has elaborated an inventory of different categories allowing to comb the corpus to gather those sentences [tokens] into a data base which presented at least one item of spoken language. The aforesaid categories working as filters have been acquired as a result of the elaboration, in the first part of this paper, of a list of caracteristics observable in the spoken languages of the two countries. The results are interpreted following three different but nonetheless complemetary aspects: discourse frame, communication contract and ficticious orality. A more thorough analysis of each of the categories is to be found in the second part (annexe #1) of this paper. It so appears that the youth magazines are very receptive to oral phenomena and that the language of German press is more open to it than its French pendant.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.