La politique de l’administration républicaine du Président Bush au Moyen-Orient, à travers les conceptions et les réseaux des hommes politiques, des entrepreneurs, et des militaires [2000-2008]

par Hichem Karoui

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Burhān Ġalyūn.

Soutenue le 16-06-2009

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Institut d'études islamiques (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Nilüfer Göle.

Le jury était composé de Burhān Ġalyūn, Nilüfer Göle, Jean-Paul Chagnollaud, Bernard Ravenel, Arno Tausch.


  • Résumé

    Pendant huit ans [de 2000 à 2008], on nous a dit et répété que tout ce que l’administration Bush a prétendu et fait [de la lutte contre « l’axe du mal » à la campagne anti-terroriste internationale, et de la guerre préemptive ou préventive à la « démocratisation » du Moyen-Orient par tous les moyens…etc.,] trouve sa source dans l’idéologie morale des néoconservateurs qui cherchent à « rendre le monde meilleur », et à « moraliser » la vie politique nationale et internationale, notamment par une rénovation des valeurs [conservatrices] américaines et par un engagement plus actif vis-à-vis des problèmes internationaux.Mais à la lumière des constats que nous avons été amenés à faire lors de notre investigation, il devient clair que : contrairement à ce qui est largement répandu, ce n’est ni l’idéologie morale des néoconservateurs ni le bloc religieux et messianique allié du Président Bush qui guident son action au Moyen-Orient et ailleurs, mais l’économie. En effet, les clés de la politique Bush au Moyen-Orient ne sont idéologiques qu’en apparence. En réalité, elles sont à découvrir dans les intérêts économiques et financiers que cette administration a cherché à défendre, à protéger, et à acquérir. Ces clés sont à trouver dans l’argent des contributions qui financent les campagnes électorales. Elles sont également celles du grand Capital, de l’Amérique des corporations industrielles et financières, des multinationales, des lobbies et autres groupes de pression qui dominent la vie politique aux Etats-Unis et influencent sa politique au Moyen-Orient jusqu’à la colorer de leurs propres couleurs.

  • Titre traduit

    The Policy of President Bush’s Republican Administration in the Middle East


  • Résumé

    For eight years [from 2000 through 2008], we were told repeatedly that what the Bush administration did and claimed [from the fight against the “axis of evil” to the campaign against international terrorism, and from the pre-emptive or preventive war to the “democratization” of the Middle East by any means, etc.], has its roots in the Neoconservative moral ideology seeking to “make the world better”, and “moralize” national and international politics, including a renewal of [conservative] American values and more an active commitment towards international issues. But in the light of the findings that we have been led to from our investigation, it becomes clear that contrary to what is widespread, it is neither moral ideology of the Neoconservatives nor the religious and messianic bloc allied to President Bush that guided his actions in the Middle East and elsewhere, but the economy. Indeed, the keys to the Bush policy in the ! Middle East are ideological only in appearance. In fact, they are to be discovered in the economic and financial interests that the administration has sought to defend, protect and acquire. These keys are to be found in money contributions that finance political campaigns. They are also those of big business, the American industrial and financial corporations, multinationals, lobbies and other pressure groups that dominate political life in the United States and the influence they exert on the Middle East policy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.