Performance scolaire et investissement éducatif parental : cas des familles françaises

par Hanène Ben Ouada Jamoussi

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Bertrand Lemennicier-Bucquet.

Soutenue en 2009

à Paris 2 .


  • Résumé

    Les mutations technologiques et la globalisation des marchés ont contribué à modifier la donne socio-économique et familiale. L’orientation des économies est davantage axée sur les technologies et le capital humain qualifié est devenu la monnaie d’échange. La mobilité facilitée et les mutations des flux migratoires entraînent une sélectivité accrue des offreurs d’emploi. La famille, principal fournisseur de compétences, se voit alors partie prenante dans le processus éducatif. De simples demandeurs d’éducation, les parents, cherchant à assurer la garantie d’emploi à leur progéniture, sont en quête de performance scolaire. L’investissement parental s’intensifie sous forme de temps (aide scolaire) ou d’investissement financier. Des marchés parallèles de cours particuliers voient, alors, le jour accompagnés d’une prolifération d’établissements scolaires privés ; ce qui n’est pas sans impact sur la prise de décision et l’allocation du temps des ménages. La littérature existante de l’économie domestique doit être réexaminée dans ce sens. Le présent travail offre une modélisation de la prise de décision au sein du ménage avec endogénéisation de la performance scolaire de l’enfant dans la fonction de bien être parentale. Une double causalité est mise en évidence entre la performance scolaire de l’enfant, qui augmente le bien être des parents et dicte le niveau et la nature de l’effort fourni (sous les contraintes de revenu et de temps) et l’effort qui est à même d’assurer la performance. De même, l’agrégation des préférences parentales a été examinée dans différents contextes (d’indépendance (Bentham), de fonction de bien être social (Bergson-Samuelson) et de négociations coopératives (Nash)). Le modèle spécifié est validé, à l’aide d’une régression logistique, sur les élèves français du panel 1995/2002. Une analyse factorielle laisse apparaître des discriminations significatives par la performance scolaire, liées essentiellement au capital acquis en langue française et en mathématiques. Le principal déterminant de la performance étant l’effort financier, notamment en cours particuliers, l’effort temporel n’étant pas significatif. En outre, l’allocation du temps est faite par un arbitrage autarcie/marché selon le coût d’opportunité de l’aide scolaire et le prix du substitut. Enfin, les principales conclusions vont vers un mode de spécialisation des rôles dans les formes d’aide scolaire selon l’avantage comparatif des parents mais aussi leur pouvoir de négociation. Les conclusions ouvrent le débat quant à la nécessité d’une approche socio-économique dans la modélisation des comportements des ménages ainsi que l’efficacité de l’intervention des parents mais aussi la portée et la qualité de l’enseignement public.

  • Titre traduit

    School performance and parents educational effort : French families case


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (285 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 260-272

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T2009-100

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1521-2009-67
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.