Le contrat d'apport : Essai sur la relation entre la société et son associé

par Matthieu Buchberger

Thèse de doctorat en Droit des sociétés

Sous la direction de Michel Germain.

Soutenue en 2009

à Paris 2 .


  • Résumé

    Nombreux sont les auteurs à exprimer une opinion sur la nature de la relation entre la société et son associé. Parmi eux, nombreux sont également ceux qui qualifient cette relation de contractuelle. Pourtant, il est rare qu’une telle qualification fasse l’objet d’une réflexion approfondie et systématique. L’objet de cette thèse est de remédier à cette situation, en présentant de la façon la plus cohérente et la plus objective possible les obstacles auxquels se heurte l’analyse contractuelle de la relation entre la société et son associé, et les conséquences que cette analyse implique. L’existence du contrat entre la société et l’associé peut se démontrer. Il s’agit d’un « contrat d’apport », par lequel une personne – l’associé – s’engage envers une autre – la société – à lui apporter un bien ou son industrie et à contribuer aux pertes, en contrepartie d’un ensemble de droits sociaux. Reconnaître l’existence d’un tel contrat suppose que la personnalité de la société se manifeste également dans les rapports internes, puisqu’un contrat implique que soient en présence au moins deux personnes. Et, de fait, à de rares exceptions près, le droit positif confère une telle portée à la personnalité morale. Par ailleurs, le contrat d’apport peut se concilier avec l’existence d’un contrat de société, liant les associés entre eux. Ces deux contrats se superposent et sont, dans une certaine mesure, interdépendants. Les conséquences attachées à la qualification contractuelle de la relation entre la société et son associé révèlent l’intérêt d’une telle qualification. En premier lieu, le principe de liberté contractuelle peut recevoir application. Il suppose cependant de s’assurer que les parties au contrat d’apport ont consenti aux aménagements qui en résultent. En second lieu, ces dernières peuvent invoquer les sanctions propres au droit des contrats. En particulier, la nullité du contrat d’apport peut être demandée si les conditions de formation d’un tel contrat ne sont pas remplies. Une action en résolution est également possible, sur le fondement de l’article 1184 du Code civil. Enfin, la sanction de l’abus est tout autant invocable. Si les actions en nullité ou en résolution portent sur le contrat d’apport, elles ne devraient remettre en cause que ce dernier, et non le contrat de société. Apparaît ainsi l’un des avantages de la coexistence de ces deux contrats.

  • Alternative Title

    The contractual analysis of the relationship between the company and its member


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

This thesis has resulted in a publication by en 2011 by Ed. Panthéon-Assas à Paris

Le contrat d'apport : essai sur la relation entre la société et son associé


Consulter library

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (544 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 501-528

Where is this thesis?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/T2009-66
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Ed. Panthéon-Assas à Paris

Informations

  • Sous le titre : Le contrat d'apport : essai sur la relation entre la société et son associé
  • Dans la collection : Thèses , 1765-0291
  • Détails : 1 vol. (545 p.)
  • ISBN : 979-10-90429-02-4
  • Annexes : Bibliogr. p. [481]-528. Notes bibliogr. en bas de page. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.