Le mythe de la démocratisation internationale : La place des ONG dans la société internationale à travers les exemples des conventions d'Ottawa et Rome

par Jean-Marie Chasles

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Serge Sur.

Soutenue en 2009

à Paris 2 .


  • Résumé

    Les ONG ont pu apparaître au fil de la décennie quatre-vingt-dix comme des acteurs capables de conférer un contenu politique à la globalisation et de démocratiser la société internationale. Les valeurs dont elles se voulaient porteuses paraissaient définir les contours d’une communauté mondiale sur laquelle se fonderait un ordre politique global plus démocratique, et capable de relever les défis auxquels les États semblaient ne plus pouvoir faire face. L’adoption de la convention d’Ottawa d’interdiction des mines antipersonnel en 1997 et l’adoption de la convention de Rome portant statut de la Cour pénale internationale quelques mois plus tard en 1998 pouvaient être considérées comme autant de preuves de l’émergence de ce nouvel ordre promu par les ONG. Mais les limites de ce qui apparaît de plus en plus comme un mythe, étaient en partie visibles dès la fin de la décennie quatre-vingt-dix. Le multilatéralisme plus ouvert qui émergea alors se résumait à un partenariat déséquilibré entre un nombre restreint d’États et certaines ONG peu représentatives et démocratiques dans leur fonctionnement, parvenant difficilement à imposer leurs valeurs et à incarner une « société civile globale » encore bien irréelle. De manière plus préoccupante, ce multilatéralisme fut d’emblée sujet à des tentatives d’instrumentalisation et semblait même servir d’alibi à certains États.

  • Titre traduit

    The myth of international democratisation : The role of NGOs in international society through the exemples of the Ottawa and Rome conventions


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (486 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 475-486

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/T2009-52
  • Bibliothèque : Centre de documentation de l'école militaire (Paris).
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.