Réguler les maladies d’origine tellurique par une culture intermédiaire de Brassicacées : mécanismes d’action et conditions d’expression dans une rotation betterave-blé.

par Natacha Motisi

Thèse de doctorat en Biologie et agronomie

Sous la direction de Philippe Leterme.

Soutenue en 2009

à Rennes, ENSA .


  • Résumé

    La biofumigation est une méthode de lutte phytosanitaire utilisant la toxicité de molécules issues de résidus de cultures (notamment les Brassicaceae, à l’origine de la production d’isothiocyanates) pour lutter contre de nombreux agents pathogènes telluriques. L’insertion d’une culture intermédiaire à objectif biofumigant pendant la période d’interculture est considérée comme une contribution à une alternative possible à l’utilisation de pesticides. Cependant les niveaux d’efficacité de la biofumigation mis en évidence en conditions agricoles restent inégaux d’une étude à l’autre. Nos hypothèses de travail sont que les facteurs de variation de l’efficacité peuvent se situer à la fois au niveau de la culture biofumigante (pendant la phase de culture, et après enfouissement des résidus), et au niveau du pathogène et de ses caractéristiques écologiques et épidémiologiques (survie de l’inoculum primaire, transmission des infections primaires et secondaires). Dans ce contexte, l’objectif général de la thèse est (i) d’expliquer l’action d’une culture intermédiaire de moutarde brune (B. Juncea) suivant différents modes de gestion (enfouissement des résidus et/ou culture simple) sur les différentes composantes de l’épidémie (inoculum primaire, vitesse apparente du cycle épidémique à de Rhizoctona solani sur betterave sucrière, et (ii) d’examiner les facteurs de variations possibles de l’efficacité de la culture biofumigante au champ pour en déduire les conditions d’expression de l’efficacité de la bofumigation. Avec une approche épidémiologique, ce travail combine (i) expérimentations en conditions semi-contrôlées pour l’étude fine des mécanismes biologiques (ii) expérimentations au champ, pour l’analyse des conditions d’expression de l’efficacité de la biofumigation sur une épidémie de R. Solani sur betterave, et (iii) modélisation, pour l’analyse des courbes de progression de la maladie au champ permettant d’en déduire les paramètres épidémiologiques affectés par la culture biofumigante. L’étude au champ a permis de montrer que la moutarde en culture permettait de réduire significativement l’incidence mais également de réduire la sévérité conditionnelle de la maladie (sévérité au sein des plantes malades). Les résultats de modélisation montrent que la seule moutarde en culture et les résidus réduisent principalement la transmission des infections primaires.


  • Résumé

    Biofumigation, a technique aiming at controlling soil-borne plant pathogens, relies on the toxicity of crop residues (notably Brassicaceous crop residues that release isothiocyanates). The insertion of a biofumigant cover crop during the intercrop period is considered to be a contribution to possible alternatives of the use of pesticides. However, field studies have hypothesized that the factors responsible for the variable efficiency of biofumigation at the field scale. We hypothesized that the factors responsible for the variable efficiency of biofumigation at the field scale. We the biofumigant crop scale (during the period of biofumigant crop scale (during the period of biofumigant crop growth and the period when crop ecological and epidemiolocal characteristics (survival of primary inoculum and transmission of primary and secondary infections). Within this framework, the general objective of this thesis is to phases of crop management (residue incorporation and/or crop growth) on the different components of the epidemic (primary inoculum and apparent transmission rate of the epidemic) of Rhizoctonia solani on sugar beet, and to investigate the possible factors responsible for the variable efficacy of a biofumigant crop at the field scale to infer the effectiveness of biofumigation efficacy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (263 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.243-263 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Bibliothèque Générale de Rennes.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : A 65
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.