La zone monétaire franc et son impact sur la mobilité des capitaux : la cas de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

par Vassiki Sanogo

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Nicole Attia.

Soutenue en 2009

à Nice .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur la relation de causalité entre l’intégration économique et monétaire et les mouvements de capitaux. Nous vérifions l’hypothèse selon laquelle l’UEMOA n’aurait pas stimulé les mouvements de capitaux. Le premier chapitre est consacré à une étude des multiples initiatives d’intégration en Afrique de l’Ouest, jusqu’à l’adoption du traité de l’UEMOA et à une synthèse de la littérature relative à quelques unions économiques et monétaires de par le monde, qui montre que ces unions ont stimulé les mouvements de capitaux. Le chapitre deux est une étude limitative des mouvements de capitaux, pour juste donner leurs historiques et la doctrine qui les soutient. En plus, dans ce chapitre, l’analyse de l’apport des capitaux aux pays en développement révèle que se sont les pays développés qui accueillent aussi les capitaux et que seul quelques pays en développement (pays émergents) reçoivent des capitaux. Dans le chapitre trois, l’analyse des mesures fiscales d’incitations aux investissements étranger par les pays de l’UEMOA a révélé que les mesures n’ont pas eu les effets escomptés. Donc en plus des mesures d’incitations des investissements étrangers qui ont fait leur preuve en Amérique latine et en Asie du Sud-Est, les pays membres de l’UEMOA doivent adopter des mesures d’incitations de l’approche par le marché de change et de l’approche macroéconomique. Le chapitre quatre s’inscrit dans le cadre d’une étude empirique où il s’agit de montrer si la zone UEMOA est intégré ou pas. Nous sommes parvenus a montré que la zone UEMOA est divisée en trois groupes, la Côte d’ivoire, qui est intégrée à l’ensemble de l’UEMOA et à la sphère financière mondiale relativement aux autres pays membres de l’UEMOA ; le groupe formé par le Sénégal, le Niger et le Bénin est intégré à l’ensemble UEMOA et moins à la sphère financière mondiale et le groupe formé par le Burkina Faso, le Mali et le Togo est intégré à la sphère financière mondiale et moins à l’ensemble UEMOA. Nous avons montré que la zone UEMOA n’a pas stimulé les mouvements de capitaux et en plus, que c’est une zone qui n’est pas suffisamment intégrée. Cette conclusion va dans le sens de l’hypothèse selon laquelle l’intégration économique et monétaire en Afrique de l’Ouest ne stimulerait pas les mouvements de capitaux.


  • Résumé

    This thesis concerns the causal relationship between the economic and monetary integration and the capital mobility. We check the hypothesis that the WAEMU would not have stimulated the capital mobility. The first chapter is committed to a study dealing with the multiple initiatives of integration in West Africa until the passing of the WAEMU treaty and with a synthesis of the literature wish is related to some economic and monetary unions all over the world and which shows that these unions have stimulated the capital mobility. The second chapter is a limiting study of the capital movements so as to just provide their historic and the doctrine that support them. Moreover, in this chapter, the analysis of the capital contribution to the developing countries reveals that it is the developed countries that also get the capitals and that only some developing countries (emerging countries) receive capitals. In the third chapter, the analysis of the tax incitement measures for the foreign investments by the countries in the WAEMU has revealed that the measures did not have the anticipated effects. So on top of the incitement measures for the foreign investments, which have proved themselves in Latin America and South-East Asia, the member countries of the WAEMU have to adopt incitement measures of the approach by the exchange rate market and of the macroeconomic approach. The fourth chapter is in line with an empirical study in which we must show if the WAEMU area is integrated or not. We have managed to show that the WAEMU area is divided in three groups: Ivory Coast that is integrated to the whole WAEMU and the global financial sphere; the group constituted by enegal, Niger and Benin is integrated to the whole WAEMU and less to the global financial sphere; and the group constituted by Burkina Faso, Mali and Togo is integrated to the global financial sphere and less to the whole WAEMU. We have showed that the WAEMU area has not stimulated the capital mobility, and moreover that it is not a sufficiently integrated area. This conclusion is a step in the direction of the hypothesis that the economic and monetary integration in West Africa would not stimulate the capital mobility.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol; (301 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 288-295

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section de Saint-Jean d'Angély.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 09NICE0011
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section de Saint-Jean d'Angély.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 09NICE11bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.